Manpages

NOM

reboot − Redémarrer la machine, ou activer/désactiver Ctrl−Alt−Suppr.

SYNOPSIS

/* Avec libc4 et libc5, la fonction de bibliothèque et
l’appel système sont identiques, et depuis la version
2.1.30 du noyau, il existe des noms symboliques
LINUX_REBOOT_* pour les constantes et un quatrième
argument à l’appel : */

#include <unistd.h>
#include <linux/reboot.h>

int reboot(int magic, int magic2, int cmd, void *arg);

/* Avec glibc, certaines des constantes concernées ont des
noms symboliques RB_*, et la fonction de bibliothèque est
une coquille à 1 argument encapsulant l’appel système à 3
arguments : */

#include <unistd.h>
#include <sys/reboot.h>

int reboot(int cmd);

DESCRIPTION

L’appel système reboot() fait redémarrer le système, ou active/désactive la séquence de touches de redémarrage (Ctrl−Alt−Suppr par défaut mais cela peut être modifié en utilisant loadkeys(1)). Ces touches sont abrégées en CAD pour Ctrl−Alt−Del.

Cet appel système échouera (avec EINVAL) sauf si magic vaut LINUX_REBOOT_MAGIC1 (c’est−à−dire 0xfee1dead) et si magic2 vaut LINUX_REBOOT_MAGIC2 (qui est 672274793). Toutefois, sont également autorisées pour magic2 les valeurs LINUX_REBOOT_MAGIC2A (qui vaut 85072278) depuis la version 2.1.17 du noyau, LINUX_REBOOT_MAGIC2B (valant 369367448) depuis la version 2.1.97 et LINUX_REBOOT_MAGIC2C (valant 537993216) depuis la version 2.5.71. Les valeurs hexadécimales de ces constantes ont un sens. L’argument cmd peut prendre l’une des valeurs suivantes :
LINUX_REBOOT_CMD_CAD_OFF

(RB_DISABLE_CAD, 0). Les touches de redémarrage Ctrl−Alt−Suppr sont désactivées. Cela signifie que la frappe de ces touches enverra un signal SIGINT au processus 1 (init). Celui−ci pourra alors décider de l’action appropriée à enclencher (généralement tuer tous les processus, démonter la plupart des systèmes de fichiers, sync, et redémarrer).

LINUX_REBOOT_CMD_CAD_ON

(RB_ENABLE_CAD, 0x89abcdef). Les touches de redémarrage Ctrl−Alt−Suppr sont autorisées. Cela signifie que la frappe de ces touches déclenchera l’action associée à LINUX_REBOOT_CMD_RESTART immédiatement.

LINUX_REBOOT_CMD_HALT

(RB_HALT_SYSTEM, 0xcdef0123; depuis Linux 1.1.76). Le message « System halted. » est affiché et le système est arrêté. Le contrôle est transmis au moniteur en ROM s’il y en a un. Si cet appel n’est pas précédé par un sync(2), des données seront perdues.

LINUX_REBOOT_CMD_KEXEC

(RB_KEXEC, 0x45584543, depuis Linux 2.6.13). Exécuter un noyau qui a été préalablement chargé par kexec_load(2). Cette option n’est disponible que si le noyau a été configuré avec CONFIG_KEXEC.

LINUX_REBOOT_CMD_POWER_OFF

(RB_POWER_OFF, 0x4321fedc; depuis 2.1.30). Le message « Power down. » est affiché, et tout le système est mis hors−tension si possible. Si cet appel n’est pas précédé par un sync(2), des données seront perdues.

LINUX_REBOOT_CMD_RESTART

(RB_AUTOBOOT, 0x1234567). Le message « Restarting system. » est affiché et un redémarrage est initialisé immédiatement. Si cet appel n’est pas précédé par un sync(2), des données seront perdues.

LINUX_REBOOT_CMD_RESTART2

(0xa1b2c3d4; depuis Linux 2.1.30). Le message « Restarting system with command '%s' » est affiché et un redémarrage (en utilisant la chaîne de commande fournie dans arg) est enclenché immédiatement. Si cet appel n’est pas précédé par un sync(2), des données seront perdues.

LINUX_REBOOT_CMD_SW_SUSPEND

(RB_SW_SUSPEND, 0xd000fce1; depuis Linux 2.5.18). Le système est en hibernation. Cette option n’est disponible que si le noyau a été configuré avec CONFIG_HIBERNATION.

Seul le superutilisateur peut appeler reboot().

L’effet exact des actions décrites ci−dessus dépend de l’architecture. Pour les i386, l’argument supplémentaire ne sert à rien à ce jour (2.1.22), mais le type de redémarrage peut être sélectionné par un argument en ligne de commande du noyau (« reboot=... ») afin d’être un redémarrage à chaud, à froid, matériel ou par le bios.

VALEUR RENVOYÉE

Pour les valeurs de cmd qui arrêtent ou redémarrent le système, un appel réussi à reboot() ne rend pas la main. Pour les autres valeurs de cmd, 0 est renvoyé en cas de succès. Dans tous les cas, −1 est renvoyé en cas d’échec, et errno est positionnée en conséquence.

ERREURS

EFAULT

Problème lors de la récupération de données espace utilisateur sous LINUX_REBOOT_CMD_RESTART2.

EINVAL

Mauvais nombres magiques ou mauvaise valeur de cmd.

EPERM

Le processus appelant n’a pas les privilèges suffisants pour invoquer reboot() ; la capacité CAP_SYS_BOOT est nécessaire.

CONFORMITÉ

reboot() est spécifique à Linux et ne devrait pas être employé dans des programmes destinés à être portables

VOIR AUSSI

sync(2), bootparam(7), capabilities(7), ctrlaltdel(8), halt(8), reboot(8)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.65 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Depuis 2010, cette traduction est maintenue à l’aide de l’outil po4a <http://po4a.alioth.debian.org/>; par l’équipe de traduction francophone au sein du projet perkamon <http://perkamon.alioth.debian.org/>;.

Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>; (1996-2003), Alain Portal <http://manpagesfr.free.fr/>; (2003-2006). Julien Cristau et l’équipe francophone de traduction de Debian (2006-2009).

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS