Manpages

NOM

ipcrm − Supprimer certaines ressources IPC

SYNOPSIS

ipcrm [options]

ipcrm [ shm | msg | sem ] id ...

DESCRIPTION

ipcrm supprime des objets de communication entre processus (IPC) System V et les structures de données associées définies sur le système. Afin de les détruire, vous devez être le superutilisateur, le créateur ou le propriétaire des objets.

Les objets IPC System V sont de trois types : mémoire partagée, file de messages et sémaphores. La suppression d’une file de messages ou d’un ensemble de sémaphores est immédiate (même s’il y a des processus qui disposent d’un identificateur sur l’objet). Un segment de mémoire partagée n’est supprimé qu’à la condition que tous les processus aient détaché (shmdt(2)) l’objet de leur espace d’adressage virtuel.

Deux syntaxes sont prises en charge. La syntaxe historique sous Linux utilise un mot clef de trois lettres indiquant la classe de l’objet à supprimer, suivi d’un ou de plusieurs identificateurs d’objets IPC de ce type.

La syntaxe compatible SUS permet l’utilisation d’aucun ou de plusieurs objets des trois types en une seule ligne de commande, objets désignés par leur clef ou leur identificateur (voir ci−dessous). Les clefs et les identificateurs peuvent être indiqués en décimal, hexadécimal (commençant par « 0x » ou « 0X »), ou octal (commençant par un « 0 »).

Des précisions sur les suppressions sont décrites dans shmctl(2), msgctl(2) et semctl(2). Les identificateurs et les clefs peuvent être trouvés avec ipcs(1).

OPTIONS

−a, −−all [shm] [msg] [sem]

Supprimer toutes les ressources. Quand un argument d’option est fourni, la suppression ne concerne que les types de ressource indiqués. Attention, n’utilisez pas −a en cas de doute sur la façon dont le logiciel utilisant les ressources réagirait aux objets manquants. Certains programmes créent ces ressources au démarrage et pourraient ne pas avoir de code pour gérer une disparition inattendue.

−M, −−shmem−key clef_shm

Supprimer le segment de mémoire partagée créé avec clef_shm après son dernier détachement.

−m, −−shmem−id id_shm

Supprimer le segment de mémoire partagée identifié par id_shm après son dernier détachement.

−Q, −−queue−key clef_msg

Supprimer la file de messages créée avec clef_msg.

−q, −−queue−id id_msg

Supprimer la file de messages identifiée par id_msg.

−S, −−semaphore−key clef_sem

Supprimer le sémaphore créé avec clef_sem.

−s, −−semaphore−id id_sem

Supprimer le sémaphore identifié par id_sem.

−V, −−version

Afficher les informations sur la version et quitter.

−h, −−help

Afficher un texte d’aide puis quitter.

NOTES

Dans sa première implémentation sous Linux, ipcrm utilisait la syntaxe, déconseillée, présentée dans la deuxième ligne du SYNOPSIS. Les fonctionnalités présentes dans d’autres implémentations *nix d’ipcrm ont été ajoutées depuis, notamment la possibilité de supprimer une ressource par sa clef (et pas uniquement par son identificateur) tout en respectant la même syntaxe en ligne de commande. Pour assurer la rétrocompatibilité, la syntaxe précédente est toujours acceptée.

VOIR AUSSI

ipcs(1), ipcmk(1), msgctl(2), msgget(2), semctl(2), semget(2), shmctl(2), shmdt(2), shmget(2), ftok(3)

DISPONIBILITÉ

La commande ipcrm fait partie du paquet util−linux, elle est disponible sur ftp://ftp.kernel.org/pub/linux/utils/util-linux/">l’archive du noyau Linux.

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite et mise à jour par Christophe Blaess en 2003. La version présente dans Debian est maintenue par Philippe Piette <foudre−blanche AT skynet DOT be> et les membres de la liste <debian−l10n−french AT lists DOT debian DOT org>. Veuillez signaler toute erreur de traduction par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr−extra.

COMMENTS