Manpages

NOM

po4a − Mettre à jour à la fois les fichiers PO et les documents traduits

SYNOPSIS

po4a [options] fichier_de_configuration

DESCRIPTION

L’objectif du projet po4a [ PO for anything -- PO pour tout] est de simplifier la traduction (et de façon plus intéressante, la maintenance des traductions) en utilisant les outils gettext dans des domaines pour lesquels ils n’étaient pas destinés, comme la documentation.

Le programme po4a permet d’éviter d’appeler po4a−gettextize(1), po4a−updatepo(1), et po4a−translate(1) dans des Makefiles compliqués quand plusieurs fichiers doivent être traduits, si différents formats sont utilisés, ou pour indiquer des options différentes suivant les documents.

Table des matières

Ce document est organisé de la manière suivante :

DESCRIPTION
INTRODUCTION
SYNTAXE DU FICHIER DE CONFIGURATION

Spécifier un modèle pour les différentes langues

Spécifier les chemins des fichiers des traducteurs

Détection automatique des chemins et langues

Spécification des documents à traduire

Fournir des options aux modules

Spécifier des alias

Mode réparti

OPTIONS
EXEMPLE

DÉFAUTS
VOIR AUSSI
AUTEURS
COPYRIGHT ET LICENCE

INTRODUCTION

Le programme po4a est chargé de mettre à jour à la fois les fichiers PO (les synchroniser avec les documents originaux) et les documents traduits (les synchroniser avec les fichiers PO ). Le principal avantage est de faciliter l’utilisation de po4a sans avoir besoin de se souvenir des options en ligne de commande.

Il vous permet de mélanger des documents de différents formats dans le même fichier POT de façon à n’en avoir qu’un seul par projet.

Ce comportement peut être imité par les autres outils de la suite po4a (par exemple avec des Makefiles), mais il est relativement difficile à faire, et fatigant de toujours refaire les mêmes Makefiles compliqués pour chaque projet utilisant po4a.

Le flux des données peut se résumer de la façon suivante. Tout changement dans le document d’origine est reflété dans les fichiers PO, et tout changement dans les fichiers PO (qu’il soit manuel ou causé par une des étapes précédentes) sera reflété dans les documents traduits.

 document maître −−> fichiers PO −−> traductions

Le flux de données ne peut pas être inversé dans cet outil, et les changements dans les traductions sont écrasés par le contenu des fichiers PO. Cet outil ne peut donc pas être utilisé pour convertir les traductions existantes à po4a. Pour ceci, veuillez consulter po4a−gettextize(1).

SYNTAXE DU FICHIER DE CONFIGURATION

Le paramètre (obligatoire) indique le chemin du fichier de configuration à utiliser. Sa syntaxe a vocation d’être simple et proche des autres fichiers de configuration utilisés par les projets d’internationalisation.

Des commentaires peuvent être ajoutés à ce fichier avec le caractère « # ». Tout ce qui suit ce caractère sur une ligne est considéré comme un commentaire. Les lignes peuvent se poursuivre en ajoutant un caractère d’échappement à la fin de la ligne. Toute ligne non vide doit débuter par une commande entre crochets, suivie de ses paramètres. (Ça peut paraître difficile à première vue, mais c’est en fait assez simple, enfin je l’espère ;)

Spécifier un modèle pour les différentes langues
Note :
L’utilisation de [po_directory] est préférable à [po4a_langs] et [po4a_paths] (voir Détection automatique des chemins et langues plus bas).

C’est une commande optionnelle qui permet de simplifier le fichier de configuration lorsqu’il est utilisé pour de nombreuses langues. Il vous suffit de spécifier les langues vers lesquelles vous voulez traduire les documents, ce qui se fait aussi simplement que :

 [po4a_langs] fr de

Ceci vous permettra de développer $lang dans toutes les langues spécifiées pour le reste du fichier de configuration.

Spécifier les chemins des fichiers des traducteurs
Note :
L’utilisation de [po_directory] est préférable à [po4a_langs] et [po4a_paths] (voir Détection automatique des chemins et langues plus bas).

D’abord, vous devez spécifier où se trouvent les fichiers fournis aux traducteurs. Ceci peut être fait de la façon suivante :

 [po4a_paths] doc/l10n/project.doc.pot \
              fr:doc/l10n/fr.po de:doc/l10n/de.po

La commande est donc [po4a_paths]. Le premier paramètre est le chemin du fichier POT à utiliser. Les autres paramètres se comprennent par eux−mêmes :

    <langue>:<chemin vers le fichier PO de cette langue>

Si vous avez défini un modèle pour les langues, vous pouvez écrire la ligne précédente de cette façon :

 [po4a_paths] doc/l10n/project.doc.pot $lang:doc/l10n/$lang.po

Vous pouvez également utiliser $master pour faire référence au nom de fichier du document. Dans ce cas, po4a utilisera un mode réparti : un POT et un PO (par langue) sera créé pour chaque document présent dans le fichier de configuration de po4a. Consultez la section Mode réparti.

 [po4a_paths] doc/$master/$master.pot $lang:doc/$master/$lang.po

Détection automatique des chemins et langues
Une autre commande peut être utilisée pour indiquer le nom d’un répertoire où se trouvent les fichiers PO et POT. Quand elle est utilisée, po4a détectera le fichier POT comme le seul fichier *.pot du répertoire indiqué. po4a utilisera aussi la liste de tous les fichiers *.po pour définir la liste des langues (en enlevant l’extension). Ces langues seront utilisées pour la substitution de la variable $lang dans le reste du fichier de configuration.

Cette commande ne doit pas être utilisée avec les commandes [po4a_langs] ou [po4a_paths].

Lors de l’utilisation de cette commande, il est nécessaire de créer un fichier POT vide pour le premier appel à po4a afin qu’il connaisse le nom du fichier POT.

 [po_directory] po4a/po/

Spécification des documents à traduire
Vous devez maintenant spécifier quels documents doivent être traduits, leur format et où placer leurs traductions. Ceci peut être fait par ces lignes :

 [type: sgml] doc/my_stuff.sgml fr:doc/fr/mon_truc.sgml \
              de:doc/de/mein_kram.sgml
 [type: pod] script fr:doc/fr/script.1 de:doc/de/script.1 \
             add_fr:doc/l10n/script.fr.add

Ceci est plutôt explicite. Notez que dans le second cas, doc/l10n/script.fr.add est un addendum à ajouter à la version française du document. Veuillez vous référer à po4a(7) pour plus d’informations à propos des addenda.

Plus formellement, le format est le suivant :

 [type: <format>] <doc_maître> (<lang>:<doc_traduit>)* \
                  (add_<lang>:<modificateur>*<addendum>)*

En absence de modificateurs, addendum est le chemin vers un addendum. Les modificateurs sont :

?

Inclure l’addendum si le fichier existe, rien sinon.

@

addendum n’est pas un fichier addendum normal mais un fichier contenant une liste d’addenda, un par ligne. Chaque addendum peut être précédé de modificateurs.

!

addendum n’est pas pris en compte, il n’est pas chargé et ne le sera pas lors de toute autre indication d’addendum.

Si vous avez défini un modèle pour les langues, vous pouvez écrire la ligne précédente de cette façon :

 [type: pod] script $lang:doc/$lang/script.1 \
             add_fr:doc/l10n/script.fr.add

Si toutes les langues ont des addenda situés dans des chemins similaires, vous pourriez également écrire quelque chose comme :

 [type: pod] script $lang:doc/$lang/script.1 \
             add_$lang:doc/l10n/script.$lang.add

Fournir des options aux modules
po4a
accepte des options qui seront fournies au module. Ces options sont spécifiques au module et sont spécifiées avec l’option −o.

Si vous voulez fournir une option spécifique pour un des documents que vous voulez traduire, vous pouvez la préciser dans le fichier de configuration. Les options sont introduites par le mot clef opt. Les paramètres du mot clef opt doivent être placés entre guillemets s’ils contiennent des espaces (par exemple si vous précisez plusieurs options, ou une option avec un paramètre). Vous pouvez également spécifier des options qui ne s’appliqueront qu’à une seule langue en utilisant le mot clef opt_lang.

Voici un exemple :
[type:man] data−05/test2_man.1 $lang:tmp/test2_man.$lang.1 \
opt:"−k 75" opt_it:"−L UTF−8" opt_fr:−v

Les arguments peuvent contenir des espaces si vous utilisez des guillemets simples ou si vous protégez les guillemets doubles comme ceci :
[po4a_alias:man] man opt:"−o \"mdoc=NAME,SEE ALSO\" −k 20"

Pour préciser les mêmes options pour un jeu de documents, vous pouvez utiliser un alias (consultez la section Spécifier des alias ci-dessous).

Vous pouvez aussi définir des options pour tous les documents du fichier de configuration :
[options] opt:"..." opt_fr:"..."

Spécifier des alias
Si vous devez fournir les mêmes options pour plusieurs fichiers, vous avez intérêt à définir un alias de module. Ceci se fait de cette façon :

 [po4a_alias:test] man opt:"−k 21" opt_es:"−o debug=splitargs"

Ceci définit un alias de module nommé test, basé sur le module man. L’option −k 21 s’appliquera à toutes les langues et l’option −o debug=splitargs uniquement à l’espagnol.

Cet alias de module peut ensuite être utilisé comme un module normal :

 [type:test] data−05/test2_man.1 $lang:tmp/test2_man.$lang.1 \
             opt_it:"−L UTF−8" opt_fr:−v

Remarquez que vous pouvez encore ajouter des options fichier par fichier.

Mode réparti
Le mode réparti est utilisé quand $master est utilisé dans la ligne [po4a_paths].

Quand le mode réparti est utilisé, un gros POT et de gros POs sont créés temporairement. Ceci permet de partager les traductions entre tous les POs.

Si deux POs ont deux traductions différentes pour la même chaîne, po4a marquera cette chaîne comme étant approximative (fuzzy) et proposera les deux traductions dans tous les POs qui contiennent cette chaîne. Ensuite, lorsqu’un traducteur mettra à jour la chaîne dans un PO et retirera l’étiquette fuzzy, la traduction de cette chaîne sera mise à jour dans tous les POs automatiquement.

Si des noms sont en conflit parce que plusieurs fichiers ont le même nom, le nom du fichier maître peut être indiqué en ajoutant une option "master:file="nom :

 [po4a_langs] de fr ja
 [po4a_paths] l10n/po/$master.pot $lang:l10n/po/$master.$lang.po
 [type: xml] truc/interface.xml $lang:foo/gui.$lang.xml master:file=truc−interface
 [type: xml] bidule/interface.xml $lang:bar/gui.$lang.xml master:file=bidule−interface

OPTIONS

−k, −−keep

Seuil à dépasser afin que le fichier généré soit conservé et écrit sur disque (80 par défaut). C’est−à−dire que par défaut, les fichiers générés doivent être traduits à plus de 80% pour être écrits.

−h, −−help

Affiche un message d’aide.

−M, −−master−charset

Jeu de caractères des fichiers contenant les documents à traduire. Notez que tous les documents maîtres doivent partager le même jeu de caractères pour l’instant. C’est une limitation connue ; nous travaillons à sa résolution.

−L, −−localized−charset

Jeu de caractères des fichiers contenant les documents traduits. Notez que tous les documents traduits doivent partager le même jeu de caractères pour l’instant. C’est une limitation connue ; nous travaillons à sa résolution.

−A, −−addendum−charset

Jeu de caractères des addenda. Notez que tous les ajouts doivent partager le même jeu de caractères.

−V, −−version

Affiche la version du script et quitte.

−v, −−verbose

Rend le programme plus bavard.

−q, −−quiet

Rend le programme moins bavard.

−d, −−debug

Affiche quelques informations de débogage.

−o, −−option

Passe une ou des options supplémentaires au greffon de format. Spécifiez chaque option en utilisant le format name=value. Veuillez vous référer à la documentation de chaque greffon pour la liste des options valides et leurs significations.

−f, −−force

Génère toujours les fichiers POT et PO, même si po4a considère que ce n’est pas nécessaire.

Le comportement par défaut (quand l’option −−force n’est pas utilisée) est le suivant :

Si le fichier POT existe déjà, il est recréé si un document maître ou le fichier de configuration est plus récent. De plus, le fichier POT est écrit dans un document temporaire, et po4a vérifie que les modifications valent le coup.

De plus, une traduction est mise à jour seulement si le document maître, le fichier PO, un de ses addenda ou le fichier de configuration est plus récent. Pour éviter de retenter de créer une traduction qui ne passe pas le test du seuil (voir l’option −−keep), un fichier avec une extension .po4a−stamp peut être créé (voir l’option −−stamp).

Si un document maître inclut d’autres fichiers, vous devriez utiliser l’option −−force parce que les dates de modification de ces fichiers ne sont pas prises en compte.

Les fichiers PO sont toujours recréés en fonction du POT avec msgmerge −U.

−−stamp

Indique à po4a de créer des fichiers d’horodatage quand une traduction n’a pas été générée parce qu’elle ne dépasse pas le seuil de traduction. Ces fichiers d’horodatage sont nommés en ajoutant l’extension .po4a−stamp au nom du fichier à générer.

Note : Cette option ne concerne que la création des fichiers .po4a−stamp. Ces fichiers d’horodatage sont toujours utilisés s’ils existent et sont retirés quand l’option −−rm−translations est utilisée ou quand le fichier est finalement traduit.

−−no−translations

Ne génère pas les documents traduits, ne met à jour que les fichiers POT et PO.

−−rm−translations

Supprime les documents traduits (implique −−no−translations).

−−no−backups

Cette option ne fait rien depuis la version 0.41, et pourra être enlevée des prochaines versions.

−−rm−backups

Cette option ne fait rien depuis la version 0.41, et pourra être enlevée des prochaines versions.

−−translate−only fichier-traduit

Traduit uniquement le fichier indiqué. Il est parfois utile d’accélérer le processus si le fichier de configuration contient beaucoup de fichiers. Remarquez qu’avec cette option, les fichiers PO et POT ne seront pas mis à jour. Cette option peut être utilisée plusieurs fois.

−−variable var=valeur

Définit une variable dont toutes les occurrences seront remplacées dans le fichier de configuration de po4a. Les occurrences de $(var) seront remplacées par valeur. Cette option peut être utilisée plusieurs fois.

−−srcdir RÉP_SRC

Définit le répertoire de base pour tous les documents d’entrée indiqués dans le fichier de configuration de po4a.

−−destdir RÉP_DEST

Définit le répertoire de base pour tous les documents de sortie indiqués dans le fichier de configuration de po4a.

OPTIONS POUR MODIFIER L ’EN−TÊTE POT
−−porefs
type[,wrap|nowrap]

Indique le format des références. L’argument type peut−être none pour ne pas produire de référence, noline pour ne pas indiquer de numéro de ligne (plus précisément, tous les numéros de ligne sont remplacés par 1), counter pour remplacer le numéro de ligne par un décompte croissant, et full pour inclure des références complètes.

L’argument peut être suivi d’une virgule et d’un des mots clefs wrap ou nowrap. Les références sont écrites par défaut sur une seule ligne. Avec l’option wrap, les références sont placées sur plusieurs lignes, pour imiter le comportement des outils gettext (xgettext and msgmerge). Cette option deviendra la valeur par défaut dans une prochaine version, car elle est plus pertinente. L’option nowrap est disponible pour permettre aux utilisateurs de conserver l’ancien comportement s’ils le désirent.

−−msgid−bugs−address adresse@email

Fixe l’adresse à laquelle les bogues des msgid doivent être envoyés. Par défaut, les fichiers POT créés n’ont pas de champ Report-Msgid-Bugs-To.

−−copyright−holder chaîne

Fixe le détenteur du copyright dans l’en−tête du fichier POT. La valeur par défaut est « Free Software Foundation, Inc. ».

−−package−name chaîne

Fixe le nom du paquet pour l’en−tête du fichier POT. La valeur par défaut est «  PACKAGE  ».

−−package−version chaîne

Fixe la version du paquet pour l’en−tête du fichier POT. La valeur par défaut est «  VERSION  ».

OPTIONS POUR MODIFIER LES FICHIERS PO
−−msgmerge−opt
options

Extra options for msgmerge(1).

Note : $lang sera remplacé par la langue en cours.

−−no−previous

Cette option supprime −−previous des options passées à msgmerge. Elle permet de prendre en charge les versions de gettext antérieures à 0.16.

−−previous

Cette option ajoute −−previous aux options passées à msgmerge. Elle nécessite une version 0.16 ou ultérieure de gettext et est activée par défaut.

EXEMPLE
Considérons que vous soyez responsable d’un programme truc avec sa page de manuel man/truc.1 naturellement maintenue seulement en anglais. Maintenant, en tant que développeur amont ou responsable aval, vous désirez créer et maintenir la traduction. Vous devez d’abord créer le fichier POT nécessaire à envoyer au traducteur avec po4a−gettextize(1).

Ainsi dans notre cas, nous ferons

 cd man && po4a−gettextize −f man −m truc.1 −p truc.pot

Vous pourrez alors envoyer ce fichier aux listes de traductions adéquates ou le rendre disponible au téléchargement quelque part.

Considérons maintenant que vous receviez trois traductions avant la prochaine publication : de.po (avec un addendum de.add), sv.po et pt.po. Puisque vous n’avez pas l’intention de modifier le ou les fichiers Makefile à chaque nouvelle traduction reçue, vous pouvez utiliser po4a avec le fichier de configuration adéquat dans chaque Makefile. Ce fichier de configuration peut s’appeler po4a.cfg, dans cet exemple, il ressemblerait à :

 [po_directory] man/po4a/po/
 [type: man] man/truc.1 $lang:man/translated/$lang/truc.1 \
            add_$lang:?man/po4a/add_$lang/$lang.add opt:"−k 80"

Dans cet exemple, nous considérons que les pages de manuel créées (ainsi que tous les fichiers PO et addenda) devraient être gardés dans man/translated/$lang/ (respectivement dans man/po4a/po/ et man/po4a/add_$lang/) à l’intérieur du répertoire en cours. Ici le répertoire man/po4a/po/ contiendrait de.po, pt.po et sv.po et le répertoire man/po4a/add_de/ contiendrait de.add.

Remarquez l’utilisation du modificateur ? car seule la traduction allemande (de.po) est accompagnée d’un addendum.

Pour vraiment construire les pages de manuel traduites, vous devrez alors (une seule fois) ajouter la ligne suivante dans la cible build du Makefile adéquat :

        po4a po4a.cfg

Une fois configuré, il ne sera plus nécessaire de modifier le Makefile à chaque nouvelle traduction reçue. Si par exemple l’équipe de traduction française vous envoie fr.po et fr.add, il suffit de les déposer respectivement dans man/po4a/po/ et man/po4a/add_fr/ et la prochaine fois que le programme sera construit, la traduction française sera aussi automatiquement construite dans man/translated/fr/.

Notez que vous avez toujours besoin d’une cible adéquate pour installer les pages de manuel traduites en plus de celles en anglais.

Enfin, si vous ne voulez pas garder les fichiers créés dans le système de gestion de version, vous devriez aussi ajouter cette ligne à la cible clean :
−rm −rf man/translated

DÉFAUTS

Duplique du code des autres programmes de la suite po4a.

Toute rustine est la bienvenue ;)

VOIR AUSSI

po4a−build(1), po4a−gettextize(1), po4a−normalize(1), po4a−translate(1), po4a−updatepo(1), po4a−build.conf(5), po4a(7)

AUTEURS

 Denis Barbier <barbier [AT] linuxfr.org>
 Nicolas François <nicolas.francois [AT] centraliens.net>
 Martin Quinson (mquinson#debian.org)

TRADUCTION

 Martin Quinson (mquinson#debian.org)

COPYRIGHT ET LICENCE

Copyright 2002−2012 par SPI, inc.

Ce programme est un logiciel libre ; vous pouvez le copier et / ou le modifier sous les termes de la GPL (voir le fichier COPYING ).

COMMENTS