Manpages

NOM

shm_overview − Panorama de la mémoire partagée POSIX

DESCRIPTION

L’API de mémoire partagée POSIX permet aux processus de communiquer entre eux en partageant une région de la mémoire.

Les interfaces utilisées dans l’API sont :

shm_open(3)

Créer et ouvrir un nouvel objet, ou ouvrir un objet existant. Elle est analogue à open(2). La fonction renvoie un descripteur de fichiers qui pourra être utilisé par les interfaces décrites ci−dessous.

ftruncate(2)

Définir la taille de l’objet en mémoire partagée. (Un objet nouvellement créé en mémoire partagée a une taille nulle.)

mmap(2)

Projeter l’objet en mémoire partagée dans l’espace d’adresses virtuel du processus appelant.

munmap(2)

Déprojeter l’objet en mémoire partagée de l’espace d’adresses virtuel du processus appelant.

shm_unlink(3)

Supprimer le nom d’un objet en mémoire partagée.

close(2)

Fermer le descripteur de fichier alloué avec shm_open(3) lorsqu’on en a plus besoin.

fstat(2)

Obtenir une structure stat décrivant l’objet en mémoire partagée. Parmi les informations renvoyées par cet appel, on trouve la taille de l’objet (st_size), ses permissions (st_mode), son propriétaire (st_uid) et le groupe (st_gid) auquel il appartient.

fchown(2)

Pour modifier l’appartenance d’un objet en mémoire partagée.

fchmod(2)

Pour modifier les permissions d’accès d’un objet en mémoire partagée.

Versions
La mémoire partagée POSIX est gérée depuis Linux 2.4 et la glibc 2.2.

Persistance
Les objets en mémoire partagée POSIX ont la persistance du noyau : un objet en mémoire partagée existera jusqu’à ce que le système soit éteint, ou bien jusqu’à ce que tous les processus aient déprojetés l’objet et que celui−ci ait été supprimé avec shm_unlink(3).

Édition des liens
Les programmes utilisant l’API de mémoire partagée POSIX doit être compilé avec cc −lrt pour le lier à la bibliothèque temps−réel librt.

Accéder aux objets en mémoire partagée par le système de fichiers
Sous linux, les objets en mémoire partagée sont créés sur un système de fichiers virtuel (tmpfs), généralement monté sur /dev/shm. Depuis le noyau 2.6.19, Linux gère l’utilisation des listes de contrôle d’accès (ACL) pour contrôler les permissions d’accès aux objets du système de fichiers virtuel.

CONFORMITÉ

POSIX.1−2001.

NOTES

Typiquement, les processus doivent synchroniser leur accès à un objet en mémoire partagée en utilisant, par exemple, les sémaphores POSIX.

La mémoire partagée System V (shmget(2), shmop(2), etc.) est une ancienne API de mémoire partagée. La mémoire partagée POSIX offre une interface plus simple et mieux conçue ; d’un autre coté, la mémoire partagée POSIX est moins largement disponible (particulièrement sur d’anciens systèmes) que la mémoire partagée System V.

VOIR AUSSI

fchmod(2), fchown(2), fstat(2), ftruncate(2), mmap(2), mprotect(2), munmap(2), shmget(2), shmop(2), shm_open(3), shm_unlink(3), sem_overview(7)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.65 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Depuis 2010, cette traduction est maintenue à l’aide de l’outil po4a <http://po4a.alioth.debian.org/>; par l’équipe de traduction francophone au sein du projet perkamon <http://perkamon.alioth.debian.org/>;.

Alain Portal <http://manpagesfr.free.fr/> ;(2008).

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS