Manpages

NOM

netdevice − Accès bas niveau aux périphériques réseau sous Linux

SYNOPSIS

#include <sys/ioctl.h>
#include <net/if.h>

DESCRIPTION

Cette page de manuel décrit l’interface des sockets permettant de configurer les périphériques réseau.

Linux prend en charge certains ioctls standard pour configurer les périphériques réseau. Il servent sur n’importe quel descripteur de socket, quelle qu’en soit la famille ou le type. La plupart utilisent une structure ifreq :

struct ifreq {
char ifr_name[IFNAMSIZ]; /* nom interface */
union {
struct sockaddr ifr_addr;
struct sockaddr ifr_dstaddr;
struct sockaddr ifr_broadaddr;
struct sockaddr ifr_netmask;
struct sockaddr ifr_hwaddr;
short ifr_flags;
int ifr_ifindex;
int ifr_metric;
int ifr_mtu;
struct ifmap ifr_map;
char ifr_slave[IFNAMSIZ];
char ifr_newname[IFNAMSIZ];
char *ifr_data;
};
};

Normalement, l’utilisateur indique le périphérique concerné en remplissant ifr_name avec le nom de l’interface. Tous les autres membres de la structure peuvent partager la mémoire.

Ioctls
Si un ioctl est indiqué comme privilégié, alors il nécessite un UID effectif nul ou la capacité CAP_NET_ADMIN. Sinon, il renverra l’erreur EPERM.
SIOCGIFNAME

En utilisant ifr_ifindex, renvoie le nom de l’interface dans ifr_name. C’est le seul ioctl qui renvoie un résultant dans ifr_name.

SIOCGIFINDEX

Retrouve le numéro d’interface et le place dans ifr_ifindex.

SIOCGIFFLAGS, SIOCSIFFLAGS

Lire ou écrire les attributs actifs du périphérique. ifr_flags est un mot contenant un masque de bits combinant les valeurs suivantes :

     
Écrire les attributs est une opération privilégiée, mais tout processus peut les lire.

SIOCGIFPFLAGS, SIOCSIFPFLAGS

Lire ou écrire les attributs (privés) étendus du périphérique. ifr_flags est un mot contenant un masque de bits combinant les valeurs suivantes :

Écrire les attributs (privés) étendus du périphérique est une opération privilégiée.

SIOCGIFADDR, SIOCSIFADDR

Lire ou écrire l’adresse du périphérique en utilisant ifr_addr. Écrire l’adresse du périphérique est une opération privilégiée. Pour assurer la compatibilité, seules les adresses AF_INET sont acceptées ou renvoyées.

SIOCGIFDSTADDR, SIOCSIFDSTADDR

Lire ou écrire l’adresse de destination d’un périphérique point−à−point en utilisant ifr_dstaddr. Pour assurer la compatibilité, seules les adresses AF_INET sont acceptées ou renvoyées. Écrire l’adresse de destination est une opération privilégiée.

SIOCGIFBRDADDR, SIOCSIFBRDADDR

Lire ou écrire l’adresse de broadcast pour un périphérique en utilisant ifr_brdaddr. Pour assurer la compatibilité, seules les adresses AF_INET sont acceptées ou renvoyées. Écrire l’adresse de broadcast est une opération privilégiée.

SIOCGIFNETMASK, SIOCSIFNETMASK

Lire ou écrire le masque réseau pour un périphérique en utilisant ifr_netmask. Pour assurer la compatibilité, seules les adresses AF_INET sont acceptées ou renvoyées. Écrire le masque réseau est une opération privilégiée.

SIOCGIFMETRIC, SIOCSIFMETRIC

Lire ou écrire la métrique du périphérique en utilisant ifr_metric. Ce n’est pas encore implémenté, il renvoie dans ifr_metric la valeur 0 en cas de tentative de lecture, et renvoie l’erreur EOPNOTSUPP en cas de tentative d’écriture.

SIOCGIFMTU, SIOCSIFMTU

Lire ou écrire le MTU (Maximum Transfer Unit) du périphérique avec ifr_mtu. Définir le MTU est une opération privilégiée. Définir un MTU trop petit peut faire planter le noyau.

SIOCGIFHWADDR, SIOCSIFHWADDR

Lire ou écrire l’adresse matérielle du périphérique en utilisant ifr_hwaddr. Cette adresse matérielle est indiquée dans une structure sockaddr. sa_family contient le type de périphérique ARPHRD_*, sa_data est l’adresse matérielle L2 commençant par l’octet 0. Écrire l’adresse matérielle est une opération privilégiée.

SIOCSIFHWBROADCAST

Définir l’adresse de broadcast du périphérique à partir de ifr_hwaddr. C’est une opération privilégiée.

SIOCGIFMAP, SIOCSIFMAP

Lire ou écrire les paramètres matériels de l’interface en utilisant ifr_map. L’écriture des paramètres est une opération privilégiée.

struct ifmap {
unsigned long mem_start;
unsigned long mem_end;
unsigned short base_addr;
unsigned char irq;
unsigned char dma;
unsigned char port;
};

L’interprétation de la structure ifmap dépend du pilote de périphérique et de l’architecture.

SIOCADDMULTI, SIOCDELMULTI

Ajouter ou supprimer une adresse des filtres multicast du niveau liaison du périphérique en utilisant ifr_hwaddr. Ce sont des opérations privilégiées. Consultez aussi packet(7) pour une autre possibilité.

SIOCGIFTXQLEN, SIOCSIFTXQLEN

Lire ou écrire la taille de la file d’émission du périphérique avec ifr_qlen. L’écriture de la taille de la file est une opération privilégiée.

SIOCSIFNAME

Changer le nom de l’interface indiquée dans ifr_name pour ifr_newname. C’est une opération privilégiée. Elle n’est possible que si l’interface n’est pas en fonctionnement.

SIOCGIFCONF

Renvoyer une liste d’adresses (couche de transport) des interfaces. Cela ne fonctionne actuellement qu’avec les adresses AF_INET (IPv4) pour des raisons de compatibilité. Contrairement aux autres, cet ioctl passe une structure ifconf :

struct ifconf {
int ifc_len; /* taille tampon */
union {
char * ifc_buf; /* adresse tampon */
struct ifreq *ifc_req; /* table de structures */
};
};

Si ifc_req est NULL, SIOCGIFCONF renvoie la taille de tampon nécessaire en octet pour recevoir toutes les adresses disponibles dans ifc_len. Sinon, ifc_req contient un pointeur vers un tableau de structures ifreq à remplir avec toutes les adresses d’interfaces L3 actuellement actives. ifc_len contient la taille du tableau en octet. Dans toutes les structures ifreq, ifr_name recevra le nom d’interface et ifr_addr l’adresse. Le nombre d’octets vraiment transférés est renvoyé dans ifc_len.

Si la taille indiquée par ifc_len n’est pas suffisante pour stocker toutes les adresses, le noyau ignorera celles en trop et renverra un état de réussite. Si cela arrive, aucun moyen fiable n’existe pour détecter cette condition. Vous devriez donc soit déterminer la taille de tampon nécessaire au préalable en appelant SIOCGIFCONF avec ifc_req défini à NULL, soit réessayer l’appel avec un plus gros tampon si la différence entre la valeur de retour ifc_len et sa valeur initiale est supérieure à sizeof(struct ifreq).

En cas d’erreur d’accès aux structures ifconf ou ifreq, EFAULT sera renvoyé.

La plupart des protocoles prennent en charge leurs propres ioctls pour configurer les options d’interface spécifiques aux protocoles. Consultez les pages de manuel correspondantes. Pour configurer les adresses IP, consultez ip(7).

De plus, certains périphériques prennent en charge des ioctls privés, non décrits ici.

NOTES

Strictement parlant, SIOCGIFCONF et les autres ioctls qui n’acceptent ou ne renvoient que des adresses de socket AF_INET sont spécifiques à IP et devraient se trouver dans ip(7).

Les noms des interfaces sans adresses, ou celles qui n’ont pas l’attribut IFF_RUNNING peuvent être trouvés dans /proc/net/dev.

Les adresses IPv6 locales se trouvent dans /proc/net ou grâce à rtnetlink(7).

BOGUES

Dans la glibc 2.1 il manque la macro ifr_newname dans <net/if.h>. Ajoutez les lignes suivantes dans votre programme :

#ifndef ifr_newname
#define ifr_newname ifr_ifru.ifru_slave
#endif

VOIR AUSSI

proc(5), capabilities(7), ip(7), rtnetlink(7)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.65 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Depuis 2010, cette traduction est maintenue à l’aide de l’outil po4a <http://po4a.alioth.debian.org/>; par l’équipe de traduction francophone au sein du projet perkamon <http://perkamon.alioth.debian.org/>;.

Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>; (1996-2003), Alain Portal <http://manpagesfr.free.fr/>; (2003-2006). Julien Cristau et l’équipe francophone de traduction de Debian (2006-2009).

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS