Manpages

NOM

msgrcv, msgsnd − Opérations sur les files de messages System V

SYNOPSIS

#include <sys/types.h>
#include <sys/ipc.h>
#include <sys/msg.h>

int msgsnd(int msqid, const void *msgp, size_t msgsz, int msgflg);

ssize_t msgrcv(int msqid, void *msgp, size_t msgsz, long msgtyp,
int
msgflg);

DESCRIPTION

Les appels système msgsnd() et msgrcv() servent respectivement à envoyer et à recevoir des messages d’une file de messages System V. Le processus appelant doit avoir une permission d’écriture sur la file pour envoyer un message, et une permission de lecture pour en recevoir un.

L’argument msgp est un pointeur vers une structure définie par l’appelant de forme générale suivante :

struct msgbuf {
long mtype; /* type de message, doit être > 0 */
char mtext[1]; /* contenu du message */
};

Le champ mtext est un tableau ou autre structure de taille msgsz, valeur entière positive ou nulle. Les message de taille nulle (sans champ mtext) sont autorisés. Le membre mtype doit avoir une valeur strictement positive qui puisse être utilisée par le processus lecteur pour la sélection de messages (voir la description de msgrcv ci-dessous).

msgsnd()
L’appel système msgsnd() insère une copie du message pointé par l’argument msgp dans la file dont l’identifiant est indiqué par la valeur de l’argument msqid.

S’il y a assez de place dans la file, msgsnd() réussit immédiatement. (La capacité de la file est définie par le champ msg_qbytes de la structure associée à la file de messages. Durant la création de la file, ce champ est initialisé à MSGMNB octets, mais cette limite peut être modifiée avec msgctl(2).) S’il n’y a pas assez de place, alors le comportement par défaut de msgsnd() est de bloquer jusqu’à obtenir suffisamment d’espace. En indiquant IPC_NOWAIT dans l’argument msgflg, le message ne sera pas envoyé et l’appel système échouera en retournant EAGAIN dans errno.

Un appel à msgsnd() bloqué peut échouer si :

*

la file est supprimée, auquel cas l’appel système échoue avec errno valant EIDRM ; ou

*

un signal a été intercepté, auquel cas l’appel système échoue avec errno valant EINTR ; consultez signal(7). (msgsnd() n’est jamais relancé automatiquement après interruption par un gestionnaire de signal, quelle que soit la configuration de SA_RESTART lors de l’installation du gestionnaire.)

Si l’appel système réussit, la structure décrivant la file de messages est mise à jour comme suit.

msg_lspid contient le PID du processus appelant.

msg_qnum est incrémenté de 1.

msg_stime est rempli avec l’heure actuelle.

msgrcv()
L’appel système msgrcv() supprime un message depuis la file indiquée par msqid et le place dans le tampon pointé par msgp.

L’argument msgsz indique la taille maximale en octets du membre mtext de la structure pointée par l’argument msgp. Si le contenu du message est plus long que msgsz octets, le comportement dépend de la présence ou non de MSG_NOERROR dans msgflg. Si MSG_NOERROR est spécifié, alors le message sera tronqué (et la partie tronquée sera perdue) ; si MSG_NOERROR n’est pas spécifié, le message ne sera pas extrait de la file, et l’appel système échouera en renvoyant −1 et en indiquant E2BIG dans errno.

À moins que MSG_COPY ne soit indiqué dans msgflg (voir ci−dessous), l’argument msgtyp indique le type de message désiré.

*

Si msgtyp vaut 0, le premier message est lu.

*

Si msgtyp est supérieur à 0, alors le premier message de type msgtyp est extrait de la file. Si msgflg contient MSG_EXCEPT l’inverse est effectué, le premier message de type différent de msgtyp est extrait de la file.

*

Si msgtyp est inférieur à 0, le premier message de la file avec un type inférieur ou égal à la valeur absolue de msgtyp est extrait.

L’argument msgflg est composé d’un OU binaire « | » avec les attributs suivants.
IPC_NOWAIT

S’arrêter immédiatement si aucun message du type désiré n’est présent dans la file. L’appel système échoue et errno est configuré à ENOMSG.

MSG_COPY (depuis Linux 3.8)

Récupérer une copie de façon non destructive du message dans la file à la position ordinale indiquée par msgtyp (les messages sont considérées numérotés à partir de 0).

Cet attribut doit être indiqué en conjonction avec IPC_NOWAIT, de telle sorte que si aucun message n’est disponible à la position donnée, l’appel échoue immédiatement avec l’erreur ENOMSG. Parce qu’ils modifient le sens de msgtyp de manière opposée, MSG_COPY et MSG_EXCEPT ne peuvent être définis simultanément dans msgflg.

L’attribut MSG_COPY a été ajouté pour l’implémentation de point de restauration du noyau et n’est disponible que si le noyau a été compilé avec l’option CONFIG_CHECKPOINT_RESTORE.

MSG_EXCEPT

Utilisé avec msgtyp supérieur à 0 pour lire les messages de type différent de msgtyp.

MSG_NOERROR

Tronquer silencieusement les messages plus longs que msgsz octets.

Si aucun message du type requis n’est disponible et si on n’a pas demandé IPC_NOWAIT dans msgflg, le processus appelant est bloqué jusqu’à l’occurrence d’un des événements suivants.

*

Un message du type désiré arrive dans la file.

*

La file de messages est supprimée. L’appel système échoue et errno contient EIDRM.

*

Le processus appelant intercepte un signal. Dans ce cas l’appel système échoue avec errno valant EINTR. (msgrcv() n’est jamais relancé automatiquement après interruption par un gestionnaire de signal, quelle que soit la configuration de SA_RESTART lors de l’installation du gestionnaire.)

Si l’appel système réussit, la structure décrivant la file de messages est mise à jour comme suit.

msg_lrpid est rempli avec le PID du processus appelant.

msg_qnum est décrémenté de 1.

msg_rtime est rempli avec l’heure actuelle.

VALEUR RENVOYÉE

En cas d’échec les deux appels système renvoient −1 et errno contient le code d’erreur. Sinon msgsnd() renvoie 0 et msgrcv() renvoie le nombre d’octets copiés dans la table mtext.

ERREURS

En cas d’échec de msgsnd(), errno aura l’une des valeurs suivantes.

EACCES

Le processus appelant n’a pas de permissions d’écriture dans la file et n’a pas la capacité CAP_IPC_OWNER.

EAGAIN

Le message n’a pas pu être envoyé à cause de la limite msg_qbytes pour la file et de la requête IPC_NOWAIT dans msgflg.

EFAULT

msgp pointe en dehors de l’espace d’adressage accessible.

EIDRM

La file de messages a été supprimée.

EINTR

Un signal est arrivé avant d’avoir pu écrire quoi que ce soit.

EINVAL

msqid est invalide, ou bien mtype n’est pas positif, ou bien msgsz est invalide (négatif ou supérieur à la valeur MSGMAX du système).

ENOMEM

Le système n’a pas assez de mémoire pour copier le message pointé par msgp.

En cas d’échec de msgrcv(), errno prend l’une des valeurs suivantes.

E2BIG

Le message est plus long que msgsz, et MSG_NOERROR n’a pas été indiqué dans msgflg.

EACCES

Le processus appelant n’a pas de permission de lecture dans la file et n’a pas la capacité CAP_IPC_OWNER.

EAGAIN

Aucun message n’est disponible dans la file, et IPC_NOWAIT est spécifié dans msgflg.

EFAULT

msgp pointe en dehors de l’espace d’adressage accessible.

EIDRM

La file de messages a été supprimée alors que le processus attendait un message.

EINTR

Un signal est arrivé avant d’avoir pu lire quoi que ce soit ; consultez signal(7).

EINVAL

msgqid ou msgsz invalides.

EINVAL (depuis Linux 3.14)

msgflg définit MSG_COPY sans définir IPC_NOWAIT.

EINVAL (depuis Linux 3.14)

msgflg définit à la fois MSG_COPY et MSG_EXCEPT.

ENOMSG

IPC_NOWAIT a été indiqué dans msgflg et aucun message du type réclamé n’existe dans la file.

ENOMSG

IPC_NOWAIT et MSG_COPY ont été indiqués dans msgflg et la file contient moins de msgtyp messages.

ENOSYS (depuis Linux 3.8)

MSG_COPY a été indiqué dans msgflg et le noyau a été configuré sans CONFIG_CHECKPOINT_RESTORE.

CONFORMITÉ

SVr4, POSIX.1−2001.

Les attributs MSG_EXCEPT et MSG_COPY sont spécifiques à Linux. Leur définition peut être obtenue en définissant la macro de test de fonctionnalités _GNU_SOURCE.

NOTES

L’inclusion de <sys/types.h> et <sys/ipc.h> n’est pas nécessaire sous Linux et n’est exigée par aucune version de POSIX. Cependant, certaines implémentations anciennes nécessitent l’inclusion de ces fichiers d’en−tête, et le SVID documente aussi leur inclusion. Les applications ayant pour but d’être portables pourraient inclure ces fichiers d’en−tête.

L’argument msgp est déclaré comme un struct msgbuf * avec les bibliothèques libc4, libc5, glibc 2.0, glibc 2.1. Il est déclaré comme un void * avec la bibliothèque glibc 2.2, suivant ainsi les spécifications SUSv2 et SUSv3.

Les limites suivantes concernent les files de messages et affectent l’appel msgsnd().

MSGMAX

Taille maximale d’un message : 8192 octets (sous Linux, cette limite peut être lue et modifiée grâce au fichier /proc/sys/kernel/msgmax).

MSGMNB

Taille maximale, en octets, d’une file de messages : 16384 octets (sous Linux, elle peut être lue et modifiée grâce au fichier /proc/sys/kernel/msgmnb). Le superutilisateur peut augmenter la taille d’une file de messages au−delà de MSGMNB en utilisant l’appel système msgctl(2).

L’implémentation des files de messages sous Linux n’a pas de limite intrinsèque pour le nombre maximal d’en-têtes de messages (MSGTQL) et la taille maximale, en octets, de l’ensemble de tous les messages sur le système (MSGPOOL).

BOGUES

Jusqu’à la version Linux 3.13, si msgrcv() était appelé avec l’attribut MSG_COPY, mais sans IPC_NOWAIT, et que la file de messages contenait moins de msgtyp messages, alors l’appel bloquait jusqu’à ce que le message suivant soit écrit dans la file. À ce moment là, l’appel renvoyait une copie du message, quelle que soit la position ordinale msgtyp de ce message. Ce bogue est corrigé depuis Linux 3.14.

Indiquer à la fois MSG_COPY et MSC_EXCEPT dans msgflg est une erreur de logique (puisque ces attributs imposent des interprétations différentes de msgtyp). Jusqu’à Linux 3.13, cette erreur n’était pas diagnostiquée par msgsrv(). Ce bogue est corrigé depuis Linux 3.14.

VOIR AUSSI

msgctl(2), msgget(2), capabilities(7), mq_overview(7), svipc(7)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.65 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Depuis 2010, cette traduction est maintenue à l’aide de l’outil po4a <http://po4a.alioth.debian.org/>; par l’équipe de traduction francophone au sein du projet perkamon <http://perkamon.alioth.debian.org/>;.

Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>; (1996-2003), Alain Portal <http://manpagesfr.free.fr/>; (2003-2006). Julien Cristau et l’équipe francophone de traduction de Debian (2006-2009).

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS