Available in

(2) (2)/fr (2)/ja

Contents

NOM

timerfd_create, timerfd_settime, timerfd_gettime − Minuteries qui informent par l’intermédiaire de descripteurs de fichier

SYNOPSIS

#include <sys/timerfd.h>

int timerfd_create(int clockid, int flags);

int timerfd_settime(int fd, int flags,
const struct itimerspec *
new_value,
struct itimerspec *
old_value);

int timerfd_gettime(int fd, struct itimerspec *curr_value);

DESCRIPTION

Ces appels système créent et opèrent sur une minuterie qui fournit des notifications d’expiration par un descripteur de fichier. Ils fournissent une alternative à setitimer(2) ou timer_create(2) avec l’avantage que le descripteur de fichier peut être surveillé avec select(2), poll(2) ou epoll(7).

L’utilisation de ces trois appels système est analogue à l’utilisation de timer_create(2), timer_settime(2) et timer_gettime(2). (Il n’y a pas d’équivalent à timer_getoverrun(2) puisque cette fonctionnalité est fournie par read(2), comme décrit ci−dessous)

timerfd_create()
timerfd_create
() crée une minuterie, et renvoie un descripteur de fichier qui se réfère à cette minuterie. Le paramètre clockid spécifie l’horloge qui est utilisée pour faire progresser la minuterie, et doit valoir soit CLOCK_REALTIME, soit CLOCK_MONOTONIC. CLOCK_REALTIME est une horloge configurable du système. CLOCK_MONOTONIC n’est pas configurable, c’est à dire qu’elle n’est pas affectée par des modifications discontinues de l’horloge système (par exemple, par des modifications manuelles de l’heure du système). L’heure de chacune de ces horloge peut être interrogée à l’aide de clock_gettime(2).

À partir de Linux 2.6.27, les valeurs suivantes peuvent être incluses avec un OU binaire dans flags pour changer le comportement de timerfd_create() :

TFD_NONBLOCK

Placer l’attribut d’état de fichier O_NONBLOCK sur le nouveau descripteur de fichier ouvert. Utiliser cet attribut économise des appels supplémentaires à fcntl(2) pour obtenir le même résultat.

TFD_CLOEXEC

Placer l’attribut « close−on−exec » (FD_CLOEXEC) sur le nouveau descripteur de fichier. Consultez la description de l’attribut O_CLOEXEC dans open(2) pour savoir pourquoi ça peut être utile.

Dans les versions de Linux jusqu’à la version 2.6.26 incluse, flags doit être nul.

timerfd_settime()
timerfd_settime
() arme (démarre) ou désarme (stoppe) la minuterie à laquelle se réfère le descripteur de fichier fd.

Le paramètre new_value spécifie l’expiration initiale et l’intervalle de la minuterie. La structure itimer utilisée pour ce paramètre contient deux champs, chacun d’entre eux étant une structure de type timespec :

struct timespec {
time_t tv_sec; /* Secondes */
long tv_nsec; /* Nanosecondes */
};

struct itimerspec {
struct timespec it_interval; /* Intervalle pour les
minuteries périodiques */
struct timespec it_value; /* Expiration initiale */
};

new_value.it_value spécifie l’expiration initiale de la minuterie, en secondes et nanosecondes. Une valeur non nulle dans un des champs de new_value.it_value arme la minuterie. La minuterie est désarmée si les deux champs de new_value.it_value sont mis à zéro.

Une valeur non nulle dans un des champs de new_value.it_interval configure la période, en secondes et nanosecondes, pour une expiration répétitive après l’expiration initiale. Si les deux champs de new_value.it_interval sont nuls, la minuterie expirera qu’une seule fois, dont l’heure est spécifiée dans new_value.it_value.

Le paramètre flags est soit nul, pour démarrer une minuterie « relative » (new_value.it_interval spécifie un temps relatif à la valeur actuelle de l’horloge spécifiée par clockid), ou TFD_TIMER_ABSTIME, pour démarrer une minuterie « absolue » (new_value.it_value spécifie un temps absolu pour l’horloge spécifiée par clockid ; c’est−à−dire que la minuterie expirera quand la valeur de l’horloge atteindra la valeur spécifiée par new_value.it_value).

Le paramètre old_value renvoie une structure contenant la configuration de la minuterie au moment de l’appel ; consultez la description de timerfd_gettime() ci−dessous.

timerfd_gettime()
timerfd_gettime
() renvoie, dans curr_value, une structure itimerspec qui contient les paramètres actuels de la minuterie auquel le descripteur de fichier fd fait référence.

Le champ it_value renvoie la durée jusqu’à la prochaine expiration. Si les deux champs de cette structure sont nuls, alors la minuterie est actuellement désactivée. Ce champ contient toujours une valeur relative, sans tenir compte d’un attribut TFD_TIMER_ABSTIME qui aurait été spécifié quand la minuterie a été configurée.

Le champ it_interval renvoie la période de la minuterie. Si les deux champs de cette structure sont nuls, alors la minuteries est configurée pour n’expirer qu’une seule fois, à l’heure spécifiée par curr_value.it_value.

Opérations sur un descripteur de fichier de minuterie
Le descripteur de fichier renvoyé par timerfd_create() gère les opérations suivante :
read(2)

Si la minuterie a déjà expirée une fois ou plus depuis que sa configuration a été modifiée la dernière fois à l’aide de timerfd_settime() ou depuis la dernière lecture avec read(2) qui a réussi, alors le tampon fourni à read(2) renvoie un entier non signé sur 8 octets (uint64_t) qui contient le nombre d’expirations qui se sont produites. (La valeur renvoyée utilise l’ordre des octets de l’hôte, c’est−à−dire l’ordre des octets natif pour les entiers sur la machine hôte)

Si aucune expiration ne s’est produite au moment de l’appel à read(2), l’appel bloquera jusqu’à la prochaine expiration ou échouera avec l’erreur EAGAIN si le descripteur de fichier est en mode non bloquant (l’opération fcntl(2) F_SETFL a été utilisée avec un attribut O_NONBLOCK).

Un read(2) échouera avec l’erreur EINVAL si la taille du tampon fourni est de moins de 8 octets.

poll(2), select(2) (et similaires)

Le descripteur de fichier est lisible (le paramètre readfds de select(2) ; l’attribut POLLIN de poll(2)) si une expiration (ou plus) de la minuterie s’est produite.

Le descripteur de fichier prend également en charge les autres interfaces de multiplexage de descripteurs de fichier : pselect(2), ppoll(2) et epoll(7).

close(2)

Quand le descripteur de fichier n’est plus nécessaire il doit être fermé. Quand tous les descripteurs de fichier associés au même objet minuterie ont été fermés, les ressources pour cet objet sont libérées par le noyau.

Sémantique de fork(2)
Après un fork(2), le fils hérite d’une copie du descripteur de fichier créé par timerfd_create(). Le descripteur de fichier se réfère à la même minuterie sous−jacente que le descripteur de fichier correspondant du père, et un read(2) du fils renverra les informations sur la minuterie.

Sémantique de execve(2)
Un descripteur de fichier créé par timerfd_create() est conservé au travers d’un execve(2), et continue à générer des expirations de minuterie si la minuterie a été armée.

VALEUR RENVOYÉE

S’il réussit, timerfd_create() renvoie un nouveau descripteur de fichier. En cas d’erreur, il renvoie −1 et errno contient le code d’erreur.

En cas de réussite, timerfd_settime() et timerfd_gettime() renvoient 0. Sinon ils renvoient −1 et errno contient le code d’erreur.

ERREURS

timerfd_create() peut échouer avec les erreurs suivantes :

EINVAL

Le paramètre clockid n’est ni CLOCK_MONOTONIC ni CLOCK_REALTIME;

EINVAL

flags n’est pas correct ; ou, pour les versions de Linux 2.6.26 ou ultérieures, flags n’est pas nul.

EMFILE

La limite du nombre total de descripteurs de fichier ouverts par processus a été atteinte.

ENFILE

La limite du nombre total de fichiers ouverts sur le système a été atteinte.

ENODEV

Impossible de monter (en interne) le périphérique anonyme d’inoeud.

ENOMEM

Pas assez de mémoire noyau pour créer la minuterie.

timerfd_settime() et timerfd_gettime() peuvent échouer avec les erreurs suivantes :

EBADF

fd n’est pas un descripteur de fichier valable.

EFAULT

new_value, old_value ou curr_value n’est pas un pointeur valable.

EINVAL

fd n’est pas un descripteur de fichier de minuterie valable.

timerfd_settime() peut aussi échouer avec les erreurs suivantes :

EINVAL

new_value n’est pas initialisé correctement (un des champs tv_nsec est en dehors de l’intervalle allant de 0 à 999 999 999).

EINVAL

flags n’est pas correct.

VERSIONS

Ces appels système sont disponibles sous Linux depuis le noyau 2.6.25. La glibc les gère depuis la version 2.8.

CONFORMITÉ

Ces appels système sont spécifiques à Linux.

EXEMPLE

Le programme suivant crée une minuterie puis surveille sa progression. Le programme accepte jusqu’à trois paramètres en ligne de commande. Le premier paramètre spécifie le nombre de secondes pour l’expiration initiale de la minuterie. Le deuxième paramètre spécifie la période de la minuterie, en secondes. Le troisième paramètre spécifie le nombre de fois que le programme doit permettre à la minuterie d’expirer avant de quitter. Le deuxième et le troisième paramètre sont optionnels.

La session interactive suivante montre l’utilisation de ce programme :

$ a.out 3 1 100
0.000: timer started
3.000: read: 1; total=1
4.000: read: 1; total=2
^Z
# type control−Z to suspend the program
[1]+ Stopped ./timerfd3_demo 3 1 100
$ fg # Resume execution after a few seconds
a.out 3 1 100
9.660: read: 5; total=7
10.000: read: 1; total=8
11.000: read: 1; total=9
^C
# type control−C to suspend the program

Source du programme
#include <sys/timerfd.h>
#include <time.h>
#include <unistd.h>
#include <stdlib.h>
#include <stdio.h>
#include <stdint.h> /* Définition de uint64_t */

#define handle_error(msg) \
do { perror(msg); exit(EXIT_FAILURE); } while (0)

static void
print_elapsed_time(void)
{
static struct timespec start;
struct timespec curr;
static int first_call = 1;
int secs, nsecs;

if (first_call) {
first_call = 0;
if (clock_gettime(CLOCK_MONOTONIC, &start) == −1)
handle_error("clock_gettime");
}

if (clock_gettime(CLOCK_MONOTONIC, &curr) == −1)
handle_error("clock_gettime");

secs = curr.tv_sec − start.tv_sec;
nsecs = curr.tv_nsec − start.tv_nsec;
if (nsecs < 0) {
secs−−;
nsecs += 1000000000;
}
printf("%d.%03d: ", secs, (nsecs + 500000) / 1000000);
}

int
main(int argc, char *argv[])
{
struct itimerspec new_value;
int max_exp, fd;
struct timespec now;
uint64_t exp, tot_exp;
ssize_t s;

if ((argc != 2) && (argc != 4)) {
fprintf(stderr, "%s init−secs [interval−secs max−exp]\n",
argv[0]);
exit(EXIT_FAILURE);
}

if (clock_gettime(CLOCK_REALTIME, &now) == −1)
handle_error("clock_gettime");

/* Create a CLOCK_REALTIME absolute timer with initial
expiration and interval as specified in command line */

new_value.it_value.tv_sec = now.tv_sec + atoi(argv[1]);
new_value.it_value.tv_nsec = now.tv_nsec;
if (argc == 2) {
new_value.it_interval.tv_sec = 0;
max_exp = 1;
} else {
new_value.it_interval.tv_sec = atoi(argv[2]);
max_exp = atoi(argv[3]);
}
new_value.it_interval.tv_nsec = 0;

fd = timerfd_create(CLOCK_REALTIME, 0);
if (fd == −1)
handle_error("timerfd_create");

if (timerfd_settime(fd, TFD_TIMER_ABSTIME, &new_value, NULL) == −1)
handle_error("timerfd_settime");

print_elapsed_time();
printf("timer started\n");

for (tot_exp = 0; tot_exp < max_exp;) {
s = read(fd, &exp, sizeof(uint64_t));
if (s != sizeof(uint64_t))
handle_error("read");

tot_exp += exp;
print_elapsed_time();
printf("read: %llu; total=%llu\n",
(unsigned long long) exp,
(unsigned long long) tot_exp);
}

exit(EXIT_SUCCESS);
}

BOGUES

Actuellement, timerfd_create() prend en charge moins de type d’identifiants d’horloges que timer_create(2).

VOIR AUSSI

eventfd(2), poll(2), read(2), select(2), setitimer(2), signalfd(2), timer_create(2), timer_gettime(2), timer_settime(2), epoll(7), time(7)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.23 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite et est maintenue par Julien Cristau <julien.cristau@ens−lyon.org> et l’équipe francophone de traduction de Debian.

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS

blog comments powered by Disqus