Available in

(3) (3)/de (3)/es (3)/fr (3)/ja (3)/pt

Contents

NOM

strftime − Formater la date et l’heure

SYNOPSIS

#include <time.h>

size_t strftime(char *s, size_t max, const char *format,
const struct tm *
tm);

DESCRIPTION

La fonction strftime() formate les divers champs de la structure tm en fonction de la chaîne de spécification format, puis place le résultat dans la chaîne s de taille max.

Les caractères ordinaires présents dans la chaîne format seront simplement copiés dans s. Les spécifications de conversion sont introduites par le caractère « % » et terminées par un caractère spécificateur de conversion, et sont remplacés dans la chaîne s ainsi :

%a

Le nom abrégé du jour de la semaine, en fonction de la localisation en cours.

%A

Le nom complet du jour de la semaine, en fonction de la localisation en cours.

%b

Le nom abrégé du mois, en fonction de la localisation en cours.

%B

Le nom complet du mois, en fonction de la localisation en cours.

%c

La représentation classique de la date et de l’heure, suivant la localisation en cours.

%C

Le siècle (année/100) sous forme de nombre de deux chiffres. (SU)

%d

Le quantième du mois sous forme de nombre décimal (entre 01 et 31).

%D

Équivalent à %m/%d/%y. Seulement pour les américains. Ces derniers doivent noter que les autres pays préfèrent le format %d/%m/%y. Dans un contexte international, ce format est ambigu et doit être évité. (SU)

%e

Comme %d, le quantième du mois sous forme décimal, mais l’éventuel zéro en tête est remplacé par un espace. (SU)

%E

Modificateur : utiliser un format de rechange. Voir plus bas. (SU)

%F

Équivalent à %Y−%m−%d (format de date ISO 8601). (C99)

%G

L’année ISO 8601 basée sur les semaines (voir la section NOTES) sous forme de nombre décimal, avec le siècle. L’année sur quatre chiffres correspondant au numéro de la semaine ISO (voir %V). C’est le même format que %Y, sauf que si le numéro de semaine appartient à l’année suivante ou précédente, c’est celle−ci qui est affichée à la place. (TZ)

%g

Comme %G sans le siècle, c’est−à−dire avec une année sur deux chiffres (00−99). (TZ)

%h

Équivalent à %b. (SU)

%H

L’heure, sur 24 heures, sous forme de nombre décimal (entre 00 et 23).

%I

L’heure, sur 12 heures, sous forme de nombre décimal (entre 01 et 12).

%j

Le numéro du jour dans l’année (entre 001 et 366).

%k

L’heure (sur 24 heures) sous forme de nombre décimal (intervalle 0 à 23). Les chiffres uniques sont précédés d’un blanc (voir aussi %H). (TZ).

%l

L’heure (sur 12 heures) sous forme de nombre décimal (intervalle 1 à 12). Les chiffres uniques sont précédés d’un blanc (voir aussi %I). (TZ).

%m

Le numéro du mois (entre 01 et 12).

%M

La minute, sous forme de nombre décimal (00 à 59).

%n

Un caractère saut−de−ligne. (SU)

%O

Modificateur : utiliser un format de rechange. Voir plus bas. (SU)

%p

L’une des deux chaînes « AM » ou « PM » en fonction de l’heure, ou la traduction de ces chaînes en fonctions de la localisation en cours. Midi est traité comme « PM » et minuit comme « AM ».

%P

Comme %p mais en minuscule: « am » ou « pm » ou une chaîne locale équivalente. (GNU)

%r

L’heure en notation a.m. ou p.m. Dans la localisation POSIX, c’est équivalent à %I:%M:%S %p. (SU)

%R

L’heure en format 24 heures (%H:%M). (SU). Pour avoir les secondes voir %T.

%s

Le nombre de secondes écoulées depuis le 1er janvier 1970 à 00:00:00 UTC. (TZ).

%S

La seconde, sous forme de nombre décimal (00−60). L’intervalle peut être supérieur à 60 pour autoriser des secondes de rattrapage.

%t

Un caractère de tabulation. (SU)

%T

L’heure en notation 24 heures (%H:%M:%S). (SU)

%u

Le jour de la semaine sous forme décimal, de 1 (lundi) à 7. Voir aussi %w. (SU)

%U

Le numéro de la semaine dans l’année, sous forme de nombre décimal (00−53), en commençant le comptage au premier dimanche de l’année. Voir aussi %V et %W.

%V

Le numéro de semaine ISO 8601 (voir la section NOTES) de l’année en cours sous forme de nombre décimal dans l’intervalle 01−53, où la semaine 1 est la première ayant au moins 4 jours dans l’année en cours. Voir aussi %U et %W. (SU)

%w

Le numéro du jour de la semaine, sous forme décimale (0−6), dimanche valant 0. Voir aussi %u.

%W

Le numéro de la semaine dans l’année, sous forme de nombre décimal (00−53), en commençant le comptage au premier lundi de l’année.

%x

La représentation usuelle de la date, sans l’heure, dans la localisation en cours.

%X

La représentation usuelle de l’heure, sans la date, dans la localisation en cours.

%y

L’année, sous forme de nombre décimal, sans le siècle (entre 00 et 99).

%Y

L’année, sous forme de nombre décimal, incluant le siècle.

%z

Le fuseau horaire sous forme de décalage GMT. Nécessaire pour créer des dates conformes à la RFC 822 (avec "%a, %d %b %Y %H:%M:%S %z"). (GNU)

%Z

Le nom ou l’abréviation du fuseau horaire.

%+

La date et l’heure au format date(1). (TZ) (Non supporté par la glibc2)

%%

Un caractère « % ».

Certaines spécifications de conversion peuvent être modifiées en faisant précéder le caractère spécificateur de conversion par le modificateur E ou O pour indiquer un format de rechange. Si le format de rechange n’existe pas pour la localisation en cours, le comportement ne sera pas modifié. Les spécifications Single Unix mentionnent %Ec, %EC, %Ex, %EX, %Ey, %EY, %Od, %Oe, %OH, %OI, %Om, %OM, %OS, %Ou, %OU, %OV, %Ow, %OW, %Oy, où l’action du modificateur O est d’utiliser un autre format numérique (par exemple des chiffres romains), et l’action de E est d’utiliser une représentation dépendant de la localisation.

Les champs de la structure tm sont définis dans <time.h>. Voir aussi ctime(3).

VALEUR RENVOYÉE

La fonction strftime() renvoie le nombre de caractères écrits dans le tableau s, sans compter l’octet nul final. Si la chaîne était trop courte, strftime() renvoie 0, et le contenu de la chaîne est indéfini (ce comportement est valable depuis au moins la libc 4.4.4, des versions plus anciennes de la libc, comme la 4.4.1, renvoyaient max si la chaîne était trop courte).

Remarquez qu’une valeur de retour nulle n’indique pas toujours une erreur. Dans de nombreuses localisations, par exemple, %p renvoie une chaîne vide.

ENVIRONNEMENT

Les variables d’environnement TZ et LC_TIME sont utilisées.

CONFORMITÉ

SVr4, C89, C99. Il y a une inclusion stricte entre les jeux de conversions fournies par C ANSI (sans marque), celles indiquées par les Spécifications Single Unix (marquées SU), celles fournies par le paquet timezone d’Olson (marquées TZ), et celles de la glibc (marquées GNU), sauf pour %+ qui n’est pas supporté par glibc2. D’un autre côté glibc2 offre plusieurs extensions. POSIX.1 ne traite que les conversions C ANSI. POSIX.2 décrit à propos de date(1) plusieurs extensions applicables également à strftime(). La conversion %F est dans C99 et POSIX.1−2001.

Dans SUSv2, le %S spécifié permettait un intervalle de 00 à 61, pour autoriser la possibilité théorique d’une minute incluant une double seconde de rattrapage (il n’y a jamais eu de telle minute).

NOTES

Numéros des semaines ISO 8601
%G
, %g et %V produisent des valeurs calculées sur la base des semaines de l’année définies par la norme ISO 8601. Dans ce système, les semaines démarrent le lundi et sont numérotées de 01, pour la première semaine, jusqu’à 52 ou 53, pour la dernière semaine. La semaine 1 est la première semaine pour laquelle au moins quatre jours sont dans l’année (ce qui revient au même que de la définir comme la semaine du premier jeudi de l’année ou la semaine du 4 janvier). Quand trois jours, ou moins, se trouvent dans la première semaine calendaire de la nouvelle année se trouvent dans cette année, alors le système de numérotation des semaines de l’ISO 8601 place ces jours dans la semaine 53 de l’année précédente. Par exemple, le 1er janvier 2010 est un vendredi, ce qui signifie que seulement 3 jours se trouvent dans la semaine calendaire du début 2010. l’ISO 8601 considère donc ces jours comme faisant partie de la semaine 53 (%V) de l’année 2009 (%G) ; la semaine 01 de l’année 2010 pour l’ISO 8601 démarre le lundi 4 janvier 2010.

Notes sur la glibc
La glibc fournit des extensions pour les spécifications de conversion (ces extensions ne sont pas spécifiées par POSIX.1−2001 mais quelques autres systèmes fournissent des fonctionnalités similaires). Entre le caractère «% » et le caractère spécificateur de conversion, on peut spécifier un attribut optionnel et un champ largeur (ceux−ci précèdent les modificateurs E ou 0 s’ils sont présents).

Les caractères attributs suivants sont autorisés :

_

(souligné) Compléter une chaîne de résultat numérique avec des espaces.

(tiret) Ne pas compléter une chaîne de résultat numérique.

0

Compléter une chaîne de résultat numérique avec des zéros même si le caractère spécificateur de conversion utilise des espaces par défaut.

^

Convertir une chaîne alphabétique en une chaîne résultante en majuscule.

#

Échanger la casse de la chaîne résultat (cet attribut ne fonctionne qu’avec certains caractères spécificateurs de conversion, et parmi ceux−ci, il n’est vraiment utile qu’avec %Z).

Un spécificateur de largeur décimal optionnel peut suivre l’(éventuellement absent) attribut. Si la taille naturelle du champ est plus petite que cette largeur, la chaîne résultat sera alors complétée (sur la gauche) jusqu’à la largeur spécifiée.

BOGUES

Certaines versions boguées de gcc se plaignent de l’utilisation de %c : warning: ‘%c’ yields only last 2 digits of year in some locales (Attention : ne donne que les deux derniers chiffres de l’année dans certaines localisations). Bien sûr, les programmeurs sont encouragés à utiliser %c, cela donne la représentation préférée de date et d’heure. Il y a eu des tas d’astuces bizarres pour éviter ce problème de gcc(1). Une relativement propre est d’utiliser une fonction intermédiaire :

size_t
my_strftime(char *s, size_t max, const char *fmt,
const struct tm *tm)
{
return strftime(s, max, fmt, tm);
}

De nos jours, gcc(1) fournit une option −Wno−format−y2k pour éviter l’avertissement, et la solution de contournement ci−dessus n’est plus nécessaire.

EXEMPLE

Le programme suivant peut être utilisé pour expérimenter strftime().

Voici quelques exemples de la chaîne résultat produite par l’implémentation glibc de strftime() :

$ ./a.out '%m'
La chaîne résultat est "11"
$ ./a.out '%5m'
La chaîne résultat est "00011"
$ ./a.out '%_5m'
La chaîne résultat est " 11"

Source du programme
#include <time.h>
#include <stdio.h>
#include <stdlib.h>

int
main(int argc, char *argv[])
{
char outstr[200];
time_t t;
struct tm *tmp;

t = time(NULL);
tmp = localtime(&t);
if (tmp == NULL) {
perror("localtime");
exit(EXIT_FAILURE);
}

if (strftime(outstr, sizeof(outstr), argv[1], tmp) == 0) {
fprintf(stderr, "strftime a renvoyé 0");
exit(EXIT_FAILURE);
}

printf("La chaîne résultat est \"%s\"\n", outstr);
exit(EXIT_SUCCESS);
} /* main */

VOIR AUSSI

date(1), time(2), ctime(3), setlocale(3), sprintf(3), strptime(3)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.23 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite et mise à jour par Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>; entre 1996 et 2003, puis par Alain Portal <aportal AT univ−montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et mise à disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont directement gérées par Nicolas François <nicolas.francois [AT] centraliens.net> et l’équipe francophone de traduction de Debian.

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS

blog comments powered by Disqus