Available in

(2) (3) (2)/de (3)/de (2)/es (3)/es (2)/fr (3)/fr (2)/ja (3)/ja (2)/ko (2)/pl (2)/pt (3)/pt (2)/ru

Contents

NOM

killpg − Envoyer un signal à un groupe de processus

SYNOPSIS

#include <signal.h>

int killpg(int pgrp, int sig);

Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (voir feature_test_macros(7)) :

killpg() : _BSD_SOURCE || _XOPEN_SOURCE >= 500

DESCRIPTION

killpg() envoie le signal sig au groupe de processus pgrp. Voir signal(7) pour la liste des signaux.

Si pgrp vaut 0, killpg() envoie le signal au groupe de processus du processus appelant. (POSIX dit : si pgrp est inférieur ou égal à 1, le comportement est indéterminé.)

Pour qu’un processus puisse envoyer un signal, il doit avoir les privilèges nécessaires (sous Linux : avoir la capacité CAP_KILL), ou l’UID effectif ou réel du processus qui envoie le signal doit être égal au Set−UID sauvé ou réel du processus cible. Dans le cas du signal SIGCONT, il suffit que les processus envoyant et recevant le signal appartiennent à la même session.

VALEUR RENVOYÉE

En cas de réussite, zéro est renvoyé, sinon −1 est renvoyé et errno contient le code d’erreur.

ERREURS

EINVAL

Sig n’est pas un numéro de signal valide.

EPERM

Le processus appelant n’a pas l’autorisation d’envoyer un signal aux processus cibles.

ESRCH

Aucun processus n’appartient au groupe pgrp.

ESRCH

On a voulu émettre vers le groupe 0, mais le processus en cours n’appartient pas à un groupe.

CONFORMITÉ

SVr4, BSD 4.4 (la fonction killpg() est apparue dans BSD 4), POSIX.1−2001.

NOTES

Il y a des différences dans la vérification des permissions entre les systèmes de type BSD et ceux de type System V. Voir l’explication de POSIX pour kill(). Une différence non mentionnée dans POSIX concerne la valeur de retour EPERM : BSD dit que lorsque la vérification des permissions échoue pour au moins un des processus cible, aucun signal n’est envoyé et EPERM et retournée, alors que POSIX dit que EPERM est retournée seulement lorsque la vérification des permissions échoue pour tous les processus cible.

Sous Linux, killpg() est implémenté comme une fonction de bibliothèque appelant kill(−pgrp, sig).

VOIR AUSSI

getpgrp(2), kill(2), signal(2), capabilities(7), credentials(7)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.23 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite et mise à jour par Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>; entre 1996 et 2003, puis par Alain Portal <aportal AT univ−montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et mise à disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont directement gérées par Julien Cristau <jcristau [AT] debian.org> et l’équipe francophone de traduction de Debian.

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS

blog comments powered by Disqus