Available in

(1) (2) (3) (2)/de (2)/es (1)/fr (2)/fr (1)/ja (2)/ja (2)/ko (2)/pl (2)/pt (2)/ru

Contents

NOM

flock − Placer ou enlever un verrou coopératif sur un fichier ouvert

SYNOPSIS

#include <sys/file.h>

int flock(int fd, int operation);

DESCRIPTION

Place ou enlève un verrou consultatif sur un fichier ouvert dont le descripteur est fd. Le paramètre operation est l’un des suivants :

LOCK_SH

Verrouillage partagé. Plusieurs processus peuvent disposer d’un verrouillage partagé simultanément sur un même fichier.

LOCK_EX

Verrouillage exclusif. Un seul processus dispose d’un verrouillage exclusif sur un fichier, à un moment donné.

LOCK_UN

Déverrouillage d’un verrou tenu par le processus.

Un appel flock() peut bloquer si un verrou incompatible est tenu par un autre processus. Pour que la requête soit non-bloquante, il faut inclure LOCK_NB (par un OU binaire « | » ) avec la constante précisant l’opération.

Un même fichier ne peut pas avoir simultanément des verrous partagés et exclusifs.

Les verrous créés avec flock() sont associés à un fichier, ou plus précisément une entrée de la table des fichiers ouverts. Ainsi, les descripteurs de fichier dupliqués (par exemple avec fork(2) ou dup(2)) réfèrent au même verrou, et celui-ci peut être relâché ou modifié à travers n’importe lequel des descripteurs. De plus, un verrou est relâché par une opération explicite LOCK_UN sur l’un quelconque des descripteurs, ou lorsqu’ils ont tous été fermés.

Si un processus utilise open(2) (ou équivalent) plusieurs fois pour obtenir plusieurs descripteurs sur le même fichier, ces descripteurs sont traités indépendamment par flock(). Une tentative de verrouiller le fichier avec l’un de ces descripteurs peut être refusée si le processus appelant a déjà placé un verrou en utilisant un autre descripteur.

Un processus ne peut avoir qu’un seul type de verrou (partagé ou exclusif) sur un fichier. En conséquence un appel flock() sur un fichier déjà verrouillé modifiera le type de verrouillage.

Les verrous créés par flock() sont conservé au travers d’un execve(2).

Un verrou partagé ou exclusif peut être placé sur un fichier quel que soit le mode d’ouverture du fichier.

VALEUR RENVOYÉE

En cas de réussite, zéro est renvoyé, sinon −1 est renvoyé et errno contient le code d’erreur.

ERREURS

EBADF

fd n’est pas un descripteur de fichier ouvert.

EINTR

Durant l’attente pour acquérir le verrou, l’appel a été interrompu par un signal capturé par un gestionnaire ; voir signal(7).

EINVAL

operation est invalide.

ENOLCK

Le noyau n’a pas assez de mémoire pour les allocations de verrou.

EWOULDBLOCK

Le fichier est verrouillé et l’attribut LOCK_NB a été précisé.

CONFORMITÉ

BSD 4.4 (l’appel système flock() est apparu dans BSD 4.2). Une version de flock() parfois implémenté à partir de fcntl(2), est apparue sur la plupart des systèmes Unix.

NOTES

flock() ne verrouille par les fichiers à travers NFS. Utilisez fcntl(2) à la place : il fonctionne avec NFS si la version de Linux est suffisamment récente et si le serveur accepte les verrouillages.

Depuis le noyau 2.0, flock() est implémenté par un appel système plutôt que d’être émulé par une routine de la bibliothèque C invoquant fcntl(2). Ceci correspond à la véritable sémantique BSD : il n’y a pas d’interaction entre les verrous placés par flock() et fcntl(2), et flock() ne détecte pas les cas de blocage (deadlock).

flock() place uniquement des verrous coopératifs : suivant les permissions du fichier un processus peut ignorer l’utilisation de flock() et faire des entrées−sorties sur le fichier.

Les sémantiques des verrous placés par flock() et fcntl(2) sont différentes en ce qui concerne fork(2) et dup(2). Sur les systèmes qui implémentent flock() en utilisant fcntl(2), la sémantique de flock() ne sera pas celle décrite ici.

La conversion d’un verrou (de partagé à exclusif et vice versa) n’est pas toujours atomique : tout d’abord le verrou existant est supprimé, puis un nouveau verrou est établi. Entre ces deux étapes, un verrou demandé par un autre processus peut être accordé, ce qui peut causer soit un blocage de la conversion, soit son échec, si LOCK_NB était indiqué. (Ceci est le comportement BSD d’origine, et est partagé par de nombreuses implémentations.)

VOIR AUSSI

close(2), dup(2), execve(2), fcntl(2), fork(2), open(2), lockf(3)

Voir aussi Documentation/filesystem/locks.txt dans les sources du noyau (Documentation/locks.txt pour les anciens noyaux).

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.23 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite et mise à jour par Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>; entre 1996 et 2003, puis par Alain Portal <aportal AT univ−montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et mise à disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont directement gérées par Julien Cristau <jcristau [AT] debian.org> et l’équipe francophone de traduction de Debian.

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS

blog comments powered by Disqus