Available in

(2) (3) (2)/fr (3)/fr (2)/ja (3)/ja

Contents

NOM

clock_getres, clock_gettime, clock_settime − Fonctions d’horloge et de temps

SYNOPSIS

#include <time.h>

int clock_getres(clockid_t clk_id, struct timespec *res);

int clock_gettime(clockid_t clk_id, struct timespec *tp);

int clock_settime(clockid_t clk_id, const struct timespec *tp);

Effectuez l’édition des liens avec l’option −lrt.

Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (voir feature_test_macros(7)) :

clock_getres(), clock_gettime(), clock_settime() : _POSIX_C_SOURCE >= 199309L

DESCRIPTION

La fonction clock_getres() cherche la résolution (précision) de l’horloge clk_id spécifiée et si res est non NULL, elle l’enregistre dans la structure timespec pointée par res. La résolution des horloges dépend de l’implémentation et ne peut pas être configurée par un processus particulier. Si la valeur du temps pointé par l’argument tp de clock_settime() n’est pas un multiple de res, cette valeur est tronquée à un multiple de res.

Les fonctions clock_gettime() et clock_settime() récupèrent et configurent le temps de l’horloge clk_id spécifiée.

Les arguments res et tp sont des structures timespec définies dans <time.h> :

struct timespec {
time_t tv_sec; /* secondes */
long tv_nsec; /* nanosecondes */
};

L’argument clk_id est l’identifiant d’une horloge particulière sur laquelle agir. Une horloge peut être globale au système, et par conséquent visible de tous les processus, ou propre à un processus, si elle mesure le temps uniquement pour celui−ci.

Toutes les implémentations supportent l’horloge temps réel globale, laquelle est identifiée par CLOCK_REALTIME. Son temps représente le nombre de secondes et nanosecondes écoulées depuis le début de l’Ère Unix (01−01−1970 GMT 00:00). Lorsque son temps est modifié, les horloges mesurant un intervalle de temps ne sont pas affectées alors que celles indiquant une date (heure) absolue le sont.

Plusieurs horloges peuvent être implémentées. L’interprétation des valeurs de temps correspondantes et l’effet sur les temporisateurs ne sont pas spécifiés.

Les versions suffisamment récentes de la glibc et du noyau Linux gèrent les horloges suivantes :
CLOCK_REALTIME

Horloge temps réel globale au système. Configurer cette horloge nécessite d’avoir les privilèges appropriés.

CLOCK_MONOTONIC

Horloge non configurable qui représente un temps monotone depuis une date de début arbitraire.

CLOCK_MONOTONIC_RAW (depuis Linux 2.6.28 ; spécifique à Linux)

Similaire à CLOCK_MONOTONIC, mais fournit un accès direct à un temps matériel qui n’est pas sujet aux ajustements NTP.

CLOCK_PROCESS_CPUTIME_ID

Horloge CPU haute résolution pour processus.

CLOCK_THREAD_CPUTIME_ID

Horloge CPU spécifique aux threads.

VALEUR RENVOYÉE

clock_gettime(), clock_settime() et clock_getres() renvoient 0 si elles réussissent ou −1 si elles échouent, auquel cas errno contient le code d’erreur.

ERREURS

EFAULT

tp pointe en dehors de l’espace d’adressage accessible.

EINVAL

L’horloge clk_id spécifiée n’est pas supportée sur ce système.

EPERM

clock_settime() n’a pas l’autorisation de configurer l’horloge spécifiée.

CONFORMITÉ

SUSv2, POSIX.1−2001.

DISPONIBILITÉ

Sur les systèmes conformes à la spécification POSIX sur lesquels ces fonctions sont disponibles, la constante symbolique _POSIX_TIMERS est définie dans <unistd.h> comme étant une valeur supérieure à 0. Les constantes symboliques _POSIX_MONOTONIC_CLOCK, _POSIX_CPUTIME, _POSIX_THREAD_CPUTIME indiquent que CLOCK_MONOTONIC, CLOCK_PROCESS_CPUTIME_ID, CLOCK_THREAD_CPUTIME_ID sont disponibles. (Voyez aussi sysconf(3).)

NOTES

Note pour les systèmes multiprocesseurs (SMP)
Les horloges CLOCK_PROCESS_CPUTIME_ID et CLOCK_THREAD_CPUTIME_ID sont réalisées sur bien des plate−formes en utilisant les temporisateurs des CPU (TSC sur i386, AR.ITC sur Itanium). Les registres peuvent être différents entre CPU avec pour conséquence des résultats bidons pour ces horloges si un processus a été transféré sur une autre CPU.

Si les CPU d’un système multiprocesseur ont différentes sources d’horloges, il n’y a aucun moyen de maintenir une corrélation entre les registres temporisateur puisque chaque CPU tournera à une fréquence légèrement différente. Si c’est le cas, clock_getcpuclockid(0) renverra ENOENT pour signifier cette condition. Les deux horloges seront donc utiles si on peut être certain que le processus reste sur un CPU en particulier.

Les processeurs d’un système multiprocesseur ne démarrent pas exactement au même moment, ainsi les registres temporisateurs sont lancés avec un décalage. Certaines architectures incluent un code pour tenter de limiter ce décalage au démarrage. Toutefois, ce code ne garantit pas l’accord précis des décalages. La glibc ne contient rien pour gérer ces décalages (à la différence du noyau Linux). Typiquement, ces décalages sont petits et ainsi, leurs effets peuvent être négligeable dans la plupart des cas.

BOGUES

Selon POSIX.1−2001, les horloges CLOCK_PROCESS_CPUTIME_ID et CLOCK_THREAD_CPUTIME_ID devraient pouvoir être définies avec clock_settime(). Cependant, ces horloges ne sont pas définissable.

VOIR AUSSI

date(1), adjtimex(2), gettimeofday(2), settimeofday(2), time(2), clock_getcpuclockid(3), ctime(3), ftime(3), pthread_getcpuclockid(3), sysconf(3), time(7)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.23 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite et mise à jour par Alain Portal <aportal AT univ−montp2 DOT fr> entre 2004 et 2006, et mise à disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont directement gérées par Florentin Duneau <fduneau [AT] gmail.com> et l’équipe francophone de traduction de Debian.

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS

blog comments powered by Disqus