Manpages

NOM

statfs, fstatfs − Obtenir des statistiques sur le système de fichiers

SYNOPSIS

#include <sys/vfs.h> /* ou <sys/statfs.h> */

int statfs(const char *path, struct statfs *buf);
int fstatfs(int
fd, struct statfs *buf);

DESCRIPTION

La fonction statfs() renvoie des informations à propos d’un système de fichiers monté. path est le nom d’un fichier quelconque dans le système de fichiers. buf est un pointeur sur une structure statfs approximativement définie comme suit :

#if __WORDSIZE == 32

/* Taille de mots du système */

# define __SWORD_TYPE

int

#else /* __WORDSIZE == 64 */

# define __SWORD_TYPE

long int

#endif

struct statfs {
__SWORD_TYPE f_type; /* type de système de fichiers */
__SWORD_TYPE f_bsize; /* Taille optimale de bloc */
fsblkcnt_t f_blocks; /* Nombre total de blocs */
fsblkcnt_t f_bfree; /* Blocs libres */
fsblkcnt_t f_bavail; /* Blocs libres pour util. ordinaires */
fsfilcnt_t f_files; /* Nombres de nœuds */
fsfilcnt_t f_ffree; /* Nombre de nœuds libres */
fsid_t f_fsid; /* ID du système de fichiers */
__SWORD_TYPE f_namelen; /* Longueur maxi des noms de fichier */
__SWORD_TYPE f_frsize; /* taille de fragment (depuis Linux 2.6)*/
__SWORD_TYPE f_spare[5];
};

Types de systèmes de fichiers :

ADFS_SUPER_MAGIC 0xadf5
AFFS_SUPER_MAGIC 0xADFF
BEFS_SUPER_MAGIC 0x42465331
BFS_MAGIC 0x1BADFACE
CIFS_MAGIC_NUMBER 0xFF534D42
CODA_SUPER_MAGIC 0x73757245
COH_SUPER_MAGIC 0x012FF7B7
CRAMFS_MAGIC 0x28cd3d45
DEVFS_SUPER_MAGIC 0x1373
EFS_SUPER_MAGIC 0x00414A53
EXT_SUPER_MAGIC 0x137D
EXT2_OLD_SUPER_MAGIC 0xEF51
EXT2_SUPER_MAGIC 0xEF53
EXT3_SUPER_MAGIC 0xEF53
EXT4_SUPER_MAGIC 0xEF53
HFS_SUPER_MAGIC 0x4244
HPFS_SUPER_MAGIC 0xF995E849
HUGETLBFS_MAGIC 0x958458f6
ISOFS_SUPER_MAGIC 0x9660
JFFS2_SUPER_MAGIC 0x72b6
JFS_SUPER_MAGIC 0x3153464a
MINIX_SUPER_MAGIC 0x137F /* Minix original */
MINIX_SUPER_MAGIC2 0x138F /* Minix 30 caract. */
MINIX2_SUPER_MAGIC 0x2468 /* Minix V2 */
MINIX2_SUPER_MAGIC2 0x2478 /* Minix V2 30 car. */
MSDOS_SUPER_MAGIC 0x4d44
NCP_SUPER_MAGIC 0x564c
NFS_SUPER_MAGIC 0x6969
NTFS_SB_MAGIC 0x5346544e
OPENPROM_SUPER_MAGIC 0x9fa1
PROC_SUPER_MAGIC 0x9fa0
QNX4_SUPER_MAGIC 0x002f
REISERFS_SUPER_MAGIC 0x52654973
ROMFS_MAGIC 0x7275
SMB_SUPER_MAGIC 0x517B
SYSV2_SUPER_MAGIC 0x012FF7B6
SYSV4_SUPER_MAGIC 0x012FF7B5
TMPFS_MAGIC 0x01021994
UDF_SUPER_MAGIC 0x15013346
UFS_MAGIC 0x00011954
USBDEVICE_SUPER_MAGIC 0x9fa2
VXFS_SUPER_MAGIC 0xa501FCF5
XENIX_SUPER_MAGIC 0x012FF7B4
XFS_SUPER_MAGIC 0x58465342
_XIAFS_SUPER_MAGIC 0x012FD16D

Personne ne sait ce que f_fsid est supposé contenir (voir plus loin).

Les champs indéfinis pour un système de fichiers donné sont mis à 0. fstatfs() renvoie les mêmes informations concernant un fichier ouvert référencé par fd.

VALEUR RENVOYÉE

S’il réussit, cet appel système renvoie 0. S’il échoue, il renvoie −1 et remplit errno en conséquence.

ERREURS

EACCES

(statfs()) Un élément du chemin d’accès path ne permet pas le parcours. (Consultez aussi path_resolution(7).)

EBADF

(fstatfs()) fd n’est pas un descripteur de fichier ouvert valide.

EFAULT

buf ou path pointent en dehors de l’espace d’adressage accessible.

EINTR

L’appel a été interrompu par un signal.

EIO

Une erreur d’entrée−sortie est survenue lors de la lecture sur le système de fichiers.

ELOOP

(statfs()) path contient une référence circulaire (à travers un lien symbolique).

ENAMETOOLONG

(statfs()) path est trop long.

ENOENT

(statfs()) Le fichier indiqué par path n’existe pas.

ENOMEM

Pas assez de mémoire pour le noyau.

ENOSYS

Le système de fichiers ne supporte pas cet appel.

ENOTDIR

(statfs()) Un élément du chemin d’accès path n’est pas un répertoire.

EOVERFLOW

Certaines valeurs sont trop grandes pour être représentées dans la structure renvoyée.

CONFORMITÉ

Spécifique à Linux. La routine statfs() de Linux a été inspirée par celle de BSD 4.4, mais n’emploie pas la même structure.

NOTES

Les appels système statfs() et fstatfs() originaux de Linux n’ont pas été conçus pour gérer des fichiers de très grosse taille. En conséquence, Linux 2.6 a ajouté de nouveaux appels système statfs64() et fstatfs64() qui utilisent une nouvelle structure, statfs64. La nouvelle structure contient les mêmes champs que la structure statfs originale, mais les tailles des différents champs sont augmentées pour gérer de grandes tailles de fichiers. Les fonctions statfs() et fstatfs() de la glibc qui les encapsulent gèrent de manière transparente ces différences entre noyaux.

Certains systèmes ont seulement <sys/vfs.h>, d’autres ont aussi <sys/statfs.h>, où le premier inclus le dernier. Aussi, il semble qu’inclure le premier soit le meilleur choix.

LSB déconseille les appels bibliothèque statfs() et fstatfs() et demande d’utiliser statvfs(2) et fstatvfs(2) à la place.

Le champ f_fsid
Solaris, Irix et POSIX ont un appel système statvfs(2) qui renvoie une struct statvfs (définie dans <sys/statvfs.h>) contenant un unsigned long f_fsid. Linux, SunOS, HP−UX, BSD 4.4 ont un appel système statfs() qui renvoie une struct statfs (définie dans <sys/vfs.h>) contenant un fsid_t f_fsid, où fsid_t est défini comme une struct { int val[2]; }. La même chose vaut pour FreeBSD, sauf que le fichier d’en−tête est <sys/mount.h>.

L’idée générale est que f_fsid contient quelque chose qui permette que la paire (f_fsid,ino) identifie un fichier de manière unique. Certains systèmes utilisent (une variation sur) le numéro de périphérique combiné au type de système de fichiers. Plusieurs systèmes restreignent l’accès au champ f_fsid pour le superutilisateur (et indiquent zéro pour les utilisateurs normaux), car ce champ est utilisé dans la manipulation du système de fichiers lors d’exportation par NFS, et sa valeur peut être considérée comme un élément de sécurité.

Sous certains systèmes, le fsid peut être utilisé en second paramètre de l’appel système sysfs().

VOIR AUSSI

stat(2), statvfs(2), path_resolution(7)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.65 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Depuis 2010, cette traduction est maintenue à l’aide de l’outil po4a <http://po4a.alioth.debian.org/>; par l’équipe de traduction francophone au sein du projet perkamon <http://perkamon.alioth.debian.org/>;.

Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>; (1996-2003), Alain Portal <http://manpagesfr.free.fr/>; (2003-2006). Julien Cristau et l’équipe francophone de traduction de Debian (2006-2009).

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS