Available in

(3) (3)/de (3)/es (1)/fi (3)/fr (3)/ja (3)/ko (3)/pl (3)/pt (1)/zh_cn (1)/zh_tw

Contents

NOM

usleep − Interrompre le programme durant un nombre donné de microsecondes

SYNOPSIS

#include <unistd.h>

int usleep(useconds_t usec);

Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (voir feature_test_macros(7)) :

usleep() : _BSD_SOURCE || _XOPEN_SOURCE >= 500

DESCRIPTION

La fonction usleep() suspend l’exécution du programme appelant durant (au moins) usec microsecondes. La période de sommeil peut être allongée par la charge système, par le temps passé à traiter l’appel de fonction, ou par la granularité des temporisations système.

VALEUR RENVOYÉE

0 en cas de succès, −1 en cas d’erreur.

ERREURS

EINTR

Interruption par un signal ; voir signal(7).

EINVAL

usec est plus grand que 1 000 000 (sur les systèmes où cela représente une erreur.

CONFORMITÉ

BSD 4.3, POSIX.1−2001. POSIX.1−2001 déclare cette fonction comme obsolète ; utilisez nanosleep(2) à la place. POSIX.1−2008 supprime la spécification de usleep().

Dans l’implémentation BSD d’origine et dans la glibc avant la version 2.2.2, le type de retour de cette fonction était void. La version POSIX renvoie un int, ce qui est également le prototype de la glibc depuis la version 2.2.2.

Seule la valeur de retour EINVAL est documentée dans SUSv2 et POSIX.1−2001.

NOTES

Le type useconds_t est un entier non signé capable de contenir des entiers dans l’intervalle [0,1000000]. Les programmes gagneront en portabilité en évitant de mentionner ce type explicitement. Utilisez

#include <unistd.h>
...
unsigned int usecs;
...
usleep(usecs);

L’interaction entre cette fonction et SIGALRM, ou d’autres fonctions comme alarm(2), sleep(3), nanosleep(2), setitimer(2), timer_create(2), timer_delete(2), timer_getoverrun(2), timer_gettime(2), timer_settime(2), ualarm(3) est indéfinie.

VOIR AUSSI

alarm(2), getitimer(2), nanosleep(2), select(2), setitimer(2), sleep(3), ualarm(3), time(7)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.23 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite et mise à jour par Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>; entre 1996 et 2003, puis par Alain Portal <aportal AT univ−montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et mise à disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont directement gérées par Nicolas François <nicolas.francois [AT] centraliens.net> et l’équipe francophone de traduction de Debian.

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS

blog comments powered by Disqus