Available in

(3) (4) (7) (3)/es (3)/fr (3)/ja (3)/pt

Contents

NOM

termios, tcgetattr, tcsetattr, tcsendbreak, tcdrain, tcflush, tcflow, cfmakeraw, cfgetospeed, cfgetispeed, cfsetispeed, cfsetospeed, cfsetspeed − Configuration du terminal

SYNOPSIS

#include <termios.h>
#include <unistd.h>

int tcgetattr(int fd, struct termios *termios_p);

int tcsetattr(int fd, int optional_actions,
const struct termios *
termios_p);

int tcsendbreak(int fd, int durée);

int tcdrain(int fd);

int tcflush(int fd, int queue_selector);

int tcflow(int fd, int action);

void cfmakeraw(struct termios *termios_p);

speed_t cfgetispeed(const struct termios *termios_p);

speed_t cfgetospeed(const struct termios *termios_p);

int cfsetispeed(struct termios *termios_p, speed_t vitesse);

int cfsetospeed(struct termios *termios_p, speed_t vitesse);

int cfsetspeed(struct termios *termios_p, speed_t vitesse);

Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (voir feature_test_macros(7)) :

cfsetspeed(), cfmakeraw() : _BSD_SOURCE

DESCRIPTION

Les fonctions termios établissent une interface générale pour les terminaux, permettant de contrôler les ports de communication asynchrone.

La structure termios
Plusieurs fonctions décrites ici utilisent un argument termios_p qui est un pointeur sur une structure termios. Cette structure contient au moins les membres suivants :

tcflag_t c_iflag; /* modes d’entrée */
tcflag_t c_oflag; /* modes de sortie */
tcflag_t c_cflag; /* modes de contrôle */
tcflag_t c_lflag; /* modes locaux */
cc_t c_cc[NCCS]; /* caractères de contrôle */

Les valeurs qui peuvent être mises dans ces membres sont décrites ci−dessous. Dans le cas des quatre premiers membres, les définitions de certains des modes associés qui peuvent être utilisés ne sont exposés que si une macro est définie pour des tests spécifiques (voir feature_test_macros(7)), comme indiqué entre crochets (« [] »).

Dans les descriptions ci−dessous, « pas dans POSIX » signifie que la valeur n’est pas spécifiée dans POSIX.1−2001, et « XSI » signifie que la valeur est spécifiée dans POSIX.1−2001 comme faisant partie de l’extension XSI.

Constante pour l’attribut c_iflag :

IGNBRK

Ignorer les signaux BREAK en entrée.

BRKINT

Si IGNBRK est indiqué, un caractère BREAK en entrée est ignoré. S’il n’est pas indiqué, mais si BRKINT est présent, alors un BREAK videra les files d’attente en entrée et sortie, et si le terminal contrôle un groupe de processus au premier plan, un signal SIGINT sera envoyé à ce groupe. Si ni IGNBRK ni BRKINT ne sont indiqués, un caractère BREAK sera lu comme un caractère nul (« \0 »), sauf si PARMRK est présent, auquel cas il sera lu comme une séquence \377 \0 \0.

IGNPAR

Ignorer les erreurs de format et de parité.

PARMRK

Si IGNPAR n’est pas indiqué, un caractère ayant une erreur de parité ou de format est préfixé avec \377 \0. Si ni IGNPAR ni PARMRK ne sont indiqués, un caractère contenant une erreur de parité ou de format est lu comme \0.

INPCK

Valider la vérification de parité en entrée.

ISTRIP

Éliminer le huitième bit.

INLCR

Convertir NL en CR en entrée.

IGNCR

Ignorer CR en entrée.

ICRNL

Convertir CR en NL en entrée, sauf si IGNCR est indiqué.

IUCLC

(Pas dans POSIX) Transformer les majuscules en minuscules en entrée.

IXON

Valider le contrôle de flux XON/XOFF en sortie.

IXANY

(XSI) La sortie bloquée sera redémarrée en tapant n’importe quel caractère. Le défaut est de ne redémarrer la sortie qu’avec le caractère START.

IXOFF

Valider le contrôle de flux XON/XOFF en entrée.

IMAXBEL

(Pas dans POSIX) Faire sonner le terminal quand le tampon d’entrée est plein. Linux n’implémente pas ce bit, et considère qu’il est toujours actif.

IUTF8 (depuis Linux 2.6.4)

(Pas dans POSIX) L’entrée est en UTF−8 ; ceci permet au caractère d’effacement de fonctionner correctement dans le mode « cooked ».

Constantes POSIX.1 pour l’attribut c_oflag :

OPOST

Traitement en sortie dépendant de l’implémentation.

Les autres constantes pour c_oflag sont définies dans POSIX.1−2001 sauf indication contraire.

OLCUC

(Pas dans POSIX) Convertir les minuscules en majuscules en sortie.

ONLCR

(XSI) Convertir NL en CR−NL en sortie.

OCRNL

Convertir CR en NL en sortie.

ONOCR

Ne pas émettre de CR en colonne 0.

ONLRET

Ne pas émettre de CR.

OFILL

Utiliser des caractères de remplissage pour le délai, plutôt qu’une temporisation.

OFDEL

(Pas dans POSIX) Le caractère de remplissage est ASCII DEL (0177). Sinon c’est ASCII NUL (« \0 »). (Non implémenté dans Linux)

NLDLY

Masque du délai de saut de ligne. Les valeurs sont NL0 et NL1. [Nécessite _BSD_SOURCE ou _SVID_SOURCE ou _XOPEN_SOURCE]

CRDLY

Masque du délai de retour chariot. Les valeurs sont CR0, CR1, CR2 ou CR3. [Nécessite _BSD_SOURCE ou _SVID_SOURCE ou _XOPEN_SOURCE]

TABDLY

Masque du délai de tabulation horizontale. Les valeurs sont TAB0, TAB1, TAB2, TAB3 (ou XTABS). Une valeur TAB3 , c’est−à−dire XTABS, convertit les tabulations en espaces (positions toutes les huit colonnes). [Nécessite _BSD_SOURCE ou _SVID_SOURCE ou _XOPEN_SOURCE]

BSDLY

Masque du délai de retour en arrière (backspace). Les valeurs sont BS0 ou BS1 (n’a jamais été implémenté). [Nécessite _BSD_SOURCE ou _SVID_SOURCE ou _XOPEN_SOURCE]

VTDLY

Masque du délai de tabulation verticale. Les valeurs sont VT0 ou VT1.

FFDLY

Masque du délai de saut de page. Les valeurs sont FF0 ou FF1. [Nécessite _BSD_SOURCE ou _SVID_SOURCE ou _XOPEN_SOURCE]

Constantes pour l’attribut c_cflag :

CBAUD

(Pas dans POSIX) Masque des vitesses (4+1 bits). [Nécessite _BSD_SOURCE ou _SVID_SOURCE]

CBAUDEX

(Pas dans POSIX) Masque étendu des vitesses (1 bit) inclus dans CBAUD. [Nécessite _BSD_SOURCE ou _SVID_SOURCE]

POSIX dit que la vitesse est stockée dans une structure termios sans dire précisément où, et fournit cfgetispeed() et cfsetispeed() pour la lire ou l’écrire. Certains systèmes utilisent les bits de CBAUD dans c_cflag, d’autres systèmes utilisent des champs distincts, par exemple sg_ispeed et sg_ospeed.

CSIZE

Masque de longueur des caractères. Les valeurs sont CS5, CS6, CS7 ou CS8.

CSTOPB

Utiliser deux bits de stop plutôt qu’un.

CREAD

Valider la réception.

PARENB

Valider le codage de parité en sortie, et la vérification de parité en entrée.

PARODD

Si le bit PARODD est positionné, la parité en entrée et sortie sera impaire ; sinon une parité paire est utilisée.

HUPCL

Abaisser les signaux de contrôle du modem lorsque le dernier processus referme le périphérique (raccrochage).

CLOCAL

Ignorer les signaux de contrôle du modem.

LOBLK

(Pas POSIX) Bloquer la sortie depuis un niveau de shell non concurrent. Utilisé par shl (shell layers). (Non implémenté dans Linux)

CIBAUD

(Pas dans POSIX) Masque des vitesses d’entrée. Les bits pour CIBAUD sont les mêmes que ceux de CBAUD, décalés à gauche de IBSHIFT bits. [Nécessite _BSD_SOURCE ou _SVID_SOURCE] (Non implémenté dans Linux)

CMSPAR

(Pas dans POSIX) Parité fixe (marque/espace − supporté par certains périphériques série) ; si PARODD est positionné, le bit de parité est toujours à 1 ; si PARODD n’est pas positionné, le bit de parité est toujours à 0. [Nécessite _BSD_SOURCE ou _SVID_SOURCE]

CRTSCTS

(Pas dans POSIX) Contrôle de flux RTS/CTS. [Nécessite _BSD_SOURCE ou _SVID_SOURCE]

Constantes pour l’attribut c_lflag :

ISIG

Lorsqu’un caractère INTR, QUIT, SUSP ou DSUSP arrive, engendrer le signal correspondant.

ICANON

Active le mode canonique (décrit ci−dessous).

XCASE

(Pas dans POSIX, non supporté sous Linux) Si ICANON est indiqué également, le terminal est en mode majuscule uniquement. Les entrées sont converties en minuscules, sauf pour les caractères précédés par \. En sortie, les caractères majuscules sont précédés par \ et les minuscules sont converties en majuscules. (Nécessite _BSD_SOURCE, _SVID_SOURCE ou _XOPEN_SOURCE.)

ECHO

Afficher les caractères saisis.

ECHOE

Si ICANON est également activé, la touche ERASE efface le caractère précédent, et WERASE efface le mot précédent.

ECHOK

Si ICANON est également activé, la touche KILL efface la ligne en cours.

ECHONL

Si ICANON est également activé, afficher le caractère NL même si ECHO n’est pas activé.

ECHOCTL

(Pas dans POSIX) Si ECHO est également activé, les signaux de contrôle ASCII autres que TAB, NL, START, et STOP sont représentés par ^X, où X est le caractère dont le code ASCII est supérieur de 0x40 à celui du signal de contrôle. Par exemple, 0x08 (BS) est représenté par ^H. [Nécessite _BSD_SOURCE ou _SVID_SOURCE]

ECHOPRT

(Pas dans POSIX) Si ICANON et IECHO sont aussi activés, les caractères sont imprimés lorsqu’ils sont effacés. [Nécessite _BSD_SOURCE ou _SVID_SOURCE]

ECHOKE

(Pas dans POSIX) Si ICANON est également activé, la touche KILL efface chaque caractère de la ligne, comme indiqué par ECHOE et ECHOPRT. [Nécessite _BSD_SOURCE ou _SVID_SOURCE]

DEFECHO

(Pas dans POSIX) N’effectuer l’affichage que lorsque le caractère est lu. (Non implémenté dans Linux)

FLUSHO

(Pas dans POSIX, non supporté sous Linux) Le tampon de sortie est vidé. Cet attribut est déclenché en tapant le caractère DISCARD. [Nécessite _BSD_SOURCE ou _SVID_SOURCE]

NOFLSH

Désactiver le vidage des files d’entrée et de sortie pendant les signaux SIGINT, SIGQUIT et SIGSUSP.

TOSTOP

Envoyer le signal SIGTTOU au groupe d’un processus en arrière−plan essayant d’écrire sur son terminal de contrôle.

PENDIN

(Pas dans POSIX, non supporté sous Linux) Tous les caractères de la file d’entrée sont réimprimés quand le caractère suivant est lu. (bash(1) utilise ceci pour la complétion de commande) [Nécessite _BSD_SOURCE ou _SVID_SOURCE]

IEXTEN

Traitement de l’entrée dépendant de l’implémentation. Cet attribut, tout comme ICANON, doit être actif pour que les caractères spéciaux EOL2, LNEXT, REPRINT et WERASE soient interprétés, et pour que l’attribut IUCLC prenne effet.

Le tableau c_cc définit des caractères de contrôle spéciaux. Les symboles (valeurs initiales) et significations sont :

VINTR

(003, ETX, Ctrl−C, ou encore 0177, DEL, rubout) Caractère d’interruption. Envoie le signal SIGINT. Reconnu quand ISIG est présent, et n’est pas transmis en entrée.

VQUIT

(034, FS, Ctrl−\) Caractère Quit. Envoie le signal SIGQUIT. Reconnu quand ISIG est présent, et n’est pas transmis en entrée.

VERASE

(0177, DEL, rubout, ou 010, BS, Ctrl−H ou encore #) Caractère d’effacement. Ceci efface le caractère précédent pas encore effacé, mais ne revient pas en−deça d’EOF ou du début de ligne. Reconnu quand ICANON est actif, et n’est pas transmis en entrée.

VKILL

(025, NAK, Ctrl−U ou Ctrl−X, ou encore @) Caractère Kill. Il efface tous les caractères en entrée, jusqu’au dernier EOF ou début de ligne. Reconnu quand ICANON est actif, et pas transmis en entrée.

VEOF

(004, EOT, Ctrl−D) Caractère de fin de fichier. Plus précisément : ce caractère oblige l’envoi du contenu du tampon vers le programme lecteur sans attendre la fin de ligne. S’il s’agit du premier caractère de la ligne, l’appel à read(2) renvoie zéro dans le programme appelant, ce qui correspond à une fin de fichier. Reconnu quand ICANON est actif, et pas transmis en entrée.

VMIN

Nombre minimal de caractères lors d’une lecture en mode non canonique.

VEOL

(0, NUL) Caractère fin de ligne supplémentaire. Reconnu quand ICANON est actif.

VTIME

Délai en dixièmes de seconde pour une lecture en mode non canonique.

VEOL2

(Pas dans POSIX ; 0, NUL) Encore un autre caractère fin de ligne. Reconnu quand ICANON est actif.

VSWTCH

(Pas dans POSIX et non supporté sous Linux ; 0, NUL) Caractère de basculement (utilisé uniquement par shl).

VSTART

(021, DC1, Ctrl−Q) Caractère de démarrage. Relance la sortie interrompue par un caractère d’arrêt. Reconnu quand IXON est actif, et pas transmis en entrée.

VSTOP

(023, DC3, Ctrl−S) Caractère d’arrêt. Interrompt la sortie jusqu’à la pression d’un caractère de démarrage. Reconnu quand IXON est actif, et pas transmis en entrée.

VSUSP

(032, SUB, Ctrl−Z) Caractère de suspension. Envoie le signal SIGTSTP. Reconnu quand ISIG est actif, et pas transmis en entrée.

VDSUSP

(Pas dans POSIX et non supporté sous Linux ; 031, EM, Ctrl−Y) Caractère de suspension retardée. Envoie le signal SIGTSTP quand le caractère est lu par le programme utilisateur. Reconnu quand IEXTEN et ISIG sont actifs, et quand le système supporte le contrôle des processus, et non transmis en entrée.

VLNEXT

(Pas dans POSIX ; 026, SYN, Ctrl−V) Protège le caractère suivant en lui supprimant toute signification spéciale. Reconnu quand IEXTEN est actif, et pas transmis en entrée.

VWERASE

(Pas dans POSIX ; 027, ETB, Ctrl−W) Effacement de mot. Reconnu quand ICANON et IEXTEN sont actifs, et pas transmis en entrée.

VREPRINT

(Pas dans POSIX ; 022, DC2, Ctrl−R) Réafficher les caractères pas encore lus. Reconnu quand ICANON et IEXTEN sont actifs, et pas transmis en entrée.

VDISCARD

(Pas dans POSIX, non supporté sous Linux ; 017, SI, Ctrl−O) Bascule start/stop pour ignorer les caractères en attente de sortie. Reconnu quand IEXTEN est actif, et pas transmis en entrée.

VSTATUS

(Pas dans POSIX, non supporté sous Linux ; 024, DC4, Ctrl−T).

Ces valeurs sont toutes différentes, sauf VTIME et VMIN qui peuvent avoir la même valeur que VEOL et VEOF respectivement. En mode non canonique, la signification d’un caractère spécial est remplacée par sa valeur de temporisation. Pour des explications sur VMIN et VTIME, consultez la description du mode non canonique ci−dessous.

Récupérer et changer les paramètres du terminal
tcgetattr
() récupère les paramètres associés à l’objet référencé par fd et les stocke dans la structure termios pointée par termios_p. Cette fonction peut être appelée par un processus en arrière−plan. Néanmoins, les attributs de terminal peuvent être modifiés par la suite par le processus au premier plan.

tcsetattr() fixe les paramètres du terminal (à moins que le matériel sous−jacent ne le supporte pas) en lisant la structure termios pointée par termios_p. optional_actions précise quand les changements auront lieu :
TCSANOW

Les modifications sont effectuées immédiatement.

TCSADRAIN

Les modifications sont effectuées lorsque toutes les opérations d’écriture sur fd auront été transmises. Cette fonction devrait être utilisée pour toute modification de paramètre affectant les sorties.

TCSAFLUSH

Les modifications sont effectuées lorsque toutes les opérations d’écriture sur fd auront été transmises. Les entrées qui n’ont pas été traitées seront éliminées avant de faire les modifications.

Mode canonique et non canonique
La valeur du bit ICANON dans c_lflag détermine si le terminal est dans le mode canonique (ICANON positionné) ou non canonique (ICANON non positionné). Par défaut, ICANON est positionné.

Dans le mode canonique :

*

L’entrée est rendue disponible ligne à ligne. Une ligne d’entrée est disponible quand un délimiteur de ligne (NL, EOL, EOL2 ou EOF au début d’une ligne). Sauf dans le cas de EOF, le délimiteur de ligne est inclus dans le tampon renvoyé par read(2).

*

L’édition des lignes est activée (ERASE, KILL ; et si le bit IEXTEN est positionné : WERASE, REPRINT, LNEXT). Un read(2) renverra au plus une ligne de l’entrée ; si le read(2) a demandé moins de caractères que disponibles dans la ligne en cours, seuls les octets demandés seront lus, et les autres caractères seront disponibles pour les read(2) suivants.

Dans le mode non canonique, l’entrée est disponible tout de suite (sans que l’utilisateur ait à taper de caractère délimiteur de ligne) et l’édition des lignes est désactivé. La valeur des paramètres MIN (c_cc[VMIN]) et TIME (c_cc[VTIME]) détermine les circonstances dans lesquelles read(2) se termine ; il y a quatre cas différents :

*

MIN == 0; TIME == 0 : Si des données sont disponibles, read(2) retourne immédiatement le nombre d’octets disponibles ou le nombre d’octets demandés (le plus petit des deux). Si aucune donnée n’est disponible, read(2) renvoie 0.

*

MIN > 0; TIME == 0 : read(2) est bloquant jusqu’à ce que MIN octets ou le nombre d’octets demandés soient disponibles, puis renvoie le plus petit de ces nombres.

*

MIN == 0; TIME > 0 : TIME spécifie une limite de temps en dixièmes de seconde. Le décompte du temps est démarré lors de l’appel à read(2). read(2) retourne si au moins un octet est disponible ou si la temporisation expire. Si la temporisation expire sans qu’il n’y ait eu de données disponibles, read(2) renvoie 0.

*

MIN > 0; TIME > 0 : TIME spécifie une limite de temps en dixièmes de seconde. Quand un premier caractère est disponible en entrée, la temporisation est démarrée, puis remise à zéro à chaque caractère reçu. read(2) retourne quand le nombre d’octets demandés ou MIN octets ont été lus, ou si le délai entre deux octets est dépassé. Comme la temporisation n’est démarrée que lors de la réception du premier octet, au moins un octet sera lu par read(2).

Mode brut
cfmakeraw
() place le terminal dans un mode proche du mode « raw » de l’ancien pilote de terminal version 7 : l’entrée est disponible caractère par caractère, il n’y a pas d’écho ni de traitement particulier des caractères d’entrée ou sortie. Les attributs du terminal sont fixés ainsi :

termios_p−>c_iflag &= ~(IGNBRK | BRKINT | PARMRK | ISTRIP
| INLCR | IGNCR | ICRNL | IXON);
termios_p−>c_oflag &= ~OPOST;
termios_p−>c_lflag &= ~(ECHO | ECHONL | ICANON | ISIG | IEXTEN);
termios_p−>c_cflag &= ~(CSIZE | PARENB);
termios_p−>c_cflag |= CS8;

Contrôle de la ligne
tcsendbreak
() transmet un flux continu de bits à zéro pendant une durée donnée si le terminal utilise une transmission série asynchrone. Si durée vaut zéro, les bits à zéro sont émis pendant au moins 0,25 seconde, et pas plus de 0,5 seconde. Si durée est non nulle, l’émission se fera pendant un temps dépendant de l’implémentation.

Si le terminal n’est pas connecté avec une liaison série asynchrone, tcsendbreak() n’effectue aucune action.

tcdrain() attend que toutes les écritures sur l’objet référencé par fd aient été transmises.

tcflush() élimine toutes les écritures sur l’objet fd pas encore transmises, ainsi que les données reçues mais pas encore lues, ceci en fonction de la valeur de queue_selector :
TCIFLUSH

efface les données reçues mais non lues.

TCOFLUSH

efface les données écrites mais non transmises.

TCIOFLUSH

efface à la fois les données reçues non lues, et les données écrites non transmises.

tcflow() suspend la transmission ou la réception des données sur l’objet référencé par fd, en fonction de la valeur de action :

TCOOFF

suspend les transmissions.

TCOON

redémarre les transmissions suspendues.

TCIOFF

envoie un caractère STOP, ce qui demande au terminal de suspendre toute transmission de données vers le système.

TCION

envoie un caractère START, ce qui redémarre la transmission des données depuis le terminal vers le système.

Lors de l’ouverture d’un terminal, ni ses sorties ni ses entrées ne sont suspendues.

Vitesse de la ligne
Il est possible d’utiliser les fonctions suivantes pour lire ou écrire la vitesse de communication du terminal, en utilisant la structure termios. Les modifications ne prennent effet que lorsque la fonction tcsetattr() a été invoquée et qu’elle a réussi.

Fixer une vitesse B0 demande au modem de raccrocher. La vitesse réelle de communication correspondant à B38400 peut être modifiée avec setserial(8).

Les vitesses en entrée et en sortie sont stockées dans la structure termios.

cfgetospeed() renvoie la vitesse de sortie stockée dans la structure termios pointée par termios_p.

cfsetospeed() fixe la vitesse de sortie stockée dans la structure termios pointée par termios_p à la valeur vitesse, qui doit être l’une des constantes suivantes :

B0

B50

B75

B110

B134

B150

B200

B300

B600

B1200

B1800

B2400

B4800

B9600

B19200

B38400

B57600

B115200

B230400

La vitesse nulle, B0, est utilisée pour terminer une connexion. Si B0 est indiquée, il n’y a aucune garantie d’état des lignes de contrôle du modem. Normalement, ceci devrait déconnecter la ligne. CBAUDEX est un masque pour les vitesses supérieures à celles définies dans POSIX.1 (supérieures ou égales à 57600). Ainsi, B57600 & CBAUDEX est non nulle.

cfgetispeed() renvoie la vitesse d’entrée stockée dans la structure termios.

cfsetispeed() fixe la vitesse d’entrée stockée dans la structure termios à la valeur vitesse, qui doit être spécifiée à l’aide d’une des constantes Bnnn listées ci−dessus pour cfsetospeed(). Si la vitesse d’entrée est mise à 0, elle prendra la même valeur que la vitesse de sortie.

cfsetspeed() est une extension BSD 4.4. Elle prend les mêmes arguments que cfsetispeed(), et fixe à la fois les vitesses d’entrée et de sortie.

VALEUR RENVOYÉE

cfgetispeed() renvoie la vitesse d’entrée stockée dans la structure termios.

cfgetospeed() renvoie la vitesse de sortie stockée dans la structure termios.

Toutes les autres fonctions renvoient

0

si elle réussissent, et

−1

si elles échouent, auquel cas errno contient le code d’erreur.

Notez que tcsetattr() indique une réussite si une des modifications peut être réalisée. Toutefois, pour effectuer plusieurs changements, il peut être nécessaire de faire suivre cet appel d’une invocation de tcgetattr() pour vérifier que les modifications ont bien été réalisées.

CONFORMITÉ

tcgetattr(), tcsetattr(), tcsendbreak(), tcdrain(), tcflush(), tcflow(), cfgetispeed(), cfgetospeed(), cfsetispeed() et cfsetospeed() sont spécifiés dans POSIX.1−2001.

cfmakeraw() et cfsetspeed() ne sont pas standard, mais sont disponibles sur les BSD.

NOTES

Unix V7 et plusieurs systèmes ultérieurs avaient une liste de vitesse de transmission où l’on rencontrait, après les quatorze valeurs B0...B9600, les constantes EXTA et EXTB (« External A » et « External B »). De nombreux systèmes étendent cette liste avec des vitesses bien plus rapides.

L’effet d’une durée non nulle avec tcsendbreak() est variable. SunOS indique un break pendant duration * N secondes, où N est au moins 0,25, et au plus 0,5. Linux, AIX, DU, Tru64 envoie un break pendant duration millisecondes. FreeBSD, NetBSD, HP−UX et MacOS ignorent la valeur duration. Sous Solaris et Unixware, tcsendbreak() avec une duration non nulle se comporte comme tcdrain().

VOIR AUSSI

stty(1), console_ioctl(4), tty_ioctl(4), setserial(8)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.23 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite et mise à jour par Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>; entre 1996 et 2003, puis par Alain Portal <aportal AT univ−montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et mise à disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont directement gérées par Nicolas François <nicolas.francois [AT] centraliens.net> et l’équipe francophone de traduction de Debian.

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS

blog comments powered by Disqus