Available in

(3) (9) (3)/es (3)/fr (3)/ja (3)/nl

Contents

NOM

scanf, fscanf, sscanf, vscanf, vsscanf, vfscanf − Entrées formatées

SYNOPSIS

#include <stdio.h>

int scanf(const char *format, ...);
int fscanf(FILE *
stream, const char *format, ...);
int sscanf(const char *
str, const char *format, ...);

#include <stdarg.h>

int vscanf(const char *format, va_list ap);
int vsscanf(const char *
str, const char *format, va_list ap);
int vfscanf(FILE *
stream, const char *format, va_list ap);

Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (voir feature_test_macros(7)) :

vscanf(), vsscanf(), vfscanf() : _XOPEN_SOURCE >= 600 || _ISOC99_SOURCE ; ou cc −std=c99

DESCRIPTION

Les fonctions de la famille scanf() analysent leurs entrées conformément au format décrit plus bas. Ce format peut contenir des indicateurs de conversion. Les résultats des conversions, s’il y en a, sont stockés dans des endroits pointés par des arguments pointeurs qui suivent le format. Chaque argument pointeur doit être du type approprié pour la valeur retournée par la spécification de conversion correspondante.

Si le nombre de spécifications de conversion dans format excède le nombre d’arguments pointeur, le résultat est indéterminé. Si le nombre d’arguments pointeur excède le nombre de spécifications de conversion, les arguments pointeur en excès sont évalués mais ignorés.

La fonction scanf() lit ses données depuis le flux d’entrée standard stdin, fscanf() lit ses entrées depuis le flux pointé par stream, et sscanf() lit ses entrées dans la chaîne de caractères pointée par str.

La fonction vfscanf() est analogue à vfprintf(3) et lit ses arguments depuis le flux pointé par stream en utilisant une liste variable d’arguments pointeurs, voir stdarg(3). La fonction vscanf() examine l’entrée standard en utilisant une liste variable d’arguments pointeurs et la fonction vsscanf() examine une chaîne. Elles sont respectivement analogues aux fonctions vprintf(3) et vsprintf(3).

La chaîne format consiste en une séquence de directives qui décrit comme traiter la séquence des caractères d’entrée. Si le traitement des directives échoue, aucune autre entrée n’est lue et scanf() revient. Un « échec » peut être soit un échec d’entrée signifiant que les caractères d’entrée ne sont pas disponibles, soit un échec de correspondance signifiant que l’entrée n’est pas appropriée (voir plus loin)

Une directive peut être :

Une séquence de caractères blancs (espace, tabulation, nouvelle ligne, etc.; voir isspace(3)). Cette directive correspond à un nombre quelconque de caractères blancs, y compris aucun, dans l’entrée.

Un caractère ordinaire (c’est−à−dire autre qu’un caractère blanc et que le caractère « % ». Ce caractère doit exactement correspondre au caractère suivant de l’entrée.

Une spécification de conversion qui débute avec le caractère « % ». Une séquence de caractères de l’entrée est convertie conformément à la spécification et le résultat est placé dans l’argument pointeur correspondant. Si l’élément suivant de l’entrée ne correspond pas à la spécification de conversion, la conversion échoue — c’est un échec de correspondance.

Chaque spécification de conversion dans format commence avec soit le caractère « % », soit la séquence de caractères « %n» (voir plus loin pour la distinction) suivie par :

Un caractère d’affectation−suppression optionnel « * » : scanf() lit l’entrée comme indiqué par la spécification de conversion mais ne tient pas compte de l’entrée. Aucun argument pointeur n’est nécessaire et cette spécification n’est pas comptabilisée dans le nombre d’affectations réussies renvoyé par scanf().

Un caractère « a » optionnel. Il est utilisé dans les conversions de chaînes et soulage l’appelant du besoin d’allouer un tampon correspondant pour conserver l’entrée : à la place, scanf() alloue un tampon de taille suffisante et affecte l’adresse de ce tampon à l’argument pointeur correspondant qui doit être un pointeur vers une variable char * (il n’est pas nécessaire que cette variable soit initialisée avant l’appel). L’appelant doit par la suite libérer (free(3)) ce tampon lorsqu’il devient inutile. Ceci est une extension GNU ; C99 emploie le caractère « a » comme un spécificateur de conversion (il peut également être utilisé en tant que tel dans l’implémentation GNU).

Un entier décimal optionnel qui indique la taille maximum du champ. La lecture des caractères s’arrête soit lorsque ce maximum est atteint, soit lorsque on trouve un caractère qui ne correspond pas, celui qui arrive le premier. La plupart des conversions abandonnent les caractères blancs de tête (les exceptions sont notées plus loin), et ces caractère abandonnés n’entrent pas en compte dans la taille maximale du champ. Les conversions d’entrée de chaînes stocke un octet de terminaison nul (« \0 ») pour marquer la fin de l’entrée ; la largeur maximale du champ n’inclut pas ce caractère de terminaison.

Un caractère modificateur de type optionnel. Par exemple, le modificateur de type l est utilisé avec les conversions d’entrée telles que %d pour spécifier que l’argument pointeur correspondant fait référence à un long int plutôt qu’à un pointeur sur un int.

Un spécificateur de conversion qui spécifie le type de conversion d’entrée à effectuer.

Les spécifications de conversion dans format sont de deux formes : soit elles commencent par « % », soit elles commencent par « %n$». Les deux formes ne doivent pas être mélangées dans la même chaîne format, excepté qu’une chaîne contenant les spécifications «%n» peut inclure %% et %*. Si format contient des spécifications « % », celles−ci correspondent, dans l’ordre, aux arguments pointeur successifs. Dans la forme « %n» (qui est spécifiée par POSIX.1−2001 mais pas par C99), n est un entier décimal qui spécifie que l’entrée convertie devrait être placée à l’endroit référencé par le n−ième argument pointeur suivant format.

Conversions
Les caractères modificateurs de type suivant peuvent se apparaître dans une spécification de conversion :

h

Indique que la conversion sera de type d, i, o, u, x, X ou n et que le pointeur suivant est un pointeur sur un short int ou un unsigned short int (plutôt que sur un int).

hh

Comme pour h, sauf que le pointeur suivant est un pointeur sur un signed char ou un unsigned char.

j

Comme pour h, sauf que le pointeur suivant est un pointeur sur un intmax_t ou un uintmax_t. Ce modificateur a été introduit dans C99.

l

Indique que la conversion sera de type d, i, o, u, x, X ou n et que le pointeur suivant est un pointeur sur un long int ou un unsigned long int (plutôt que sur un int), ou que la conversion sera de type e, f ou g et que le pointeur suivant est un pointeur sur un double (plutôt que sur un float). Indiquer deux caractères l successifs est équivalent à indiquer L. Si c’est utilisé avec %c ou %s, le paramètre correspondant est considéré, respectivement, comme un pointeur vers un caractère large ou une chaîne de caractères larges.

L

Indique que la conversion sera de type e, f ou g et que le pointeur suivant est un pointeur sur un long double ou que la conversion sera de type d, i, o, u, ou x et que le pointeur suivant est un pointeur sur un long long.

q

est équivalent à L. Ce spécificateur n’existe pas en C ANSI.

t

Comme pour h, mais le pointeur suivant est un pointeur vers un ptrdiff_t. Ce modificateur a été introduit dans C99.

z

Comme pour h, mais le pointeur suivant est un pointeur vers un size_t. Ce modificateur a été introduit dans C99.

Les spécificateurs de conversion suivant sont disponibles :

%

Correspond à un caractère « % ». Ceci signifie qu’un spécificateur %% dans la chaîne de format correspond à un seul caractère « % » dans la chaîne d’entrée. Aucune conversion (mais les caractères blancs de début sont ignorés), et aucune assignation n’a lieu.

d

Correspond à un entier décimal éventuellement signé, le pointeur correspondant doit être un pointeur vers un int.

D

Équivalent à ld, utilisé uniquement pour compatibilité avec des versions précédentes (et seulement dans libc4. Dans libc5 et glibc, le %D est ignoré silencieusement, ce qui conduit d’anciens programmes à échouer mystérieusement).

i

Correspond à un entier éventuellement signé. Le pointeur suivant doit être du type int. L’entier est en base 16 (hexadécimal) s’il commence par 0x ou 0X, en base 8 (octal) s’il commence par un 0, et en base 10 sinon. Seuls les caractères correspondants à la base concernée sont utilisés.

o

Correspond à un entier octal non signé. Le pointeur correspondant doit être un pointeur vers un unsigned int.

u

Correspond à un entier décimal non signé. Le pointeur suivant doit être un pointeur vers un unsigned int.

x

Correspond à un entier hexadécimal non signé. Le pointeur suivant doit être un pointeur vers un unsigned int.

X

Équivalent à x

f

Correspond à un nombre réel éventuellement signé. Le pointeur correspondant doit être un pointeur vers un float.

e

Équivalent à f.

g

Équivalent à f.

E

Équivalent à f.

a

(C99) Équivalent à f.

s

Correspond à une séquence de caractères différents des caractères blancs. Le pointeur correspondant doit être un pointeur sur un tableau de caractères qui doit être assez large pour accueillir toute la séquence d’entrée, ainsi que l’octet nul final (« \0 ») qui est ajouté automatiquement. La conversion s’arrête au premier caractère blanc, ou à la longueur maximale du champ.

c

Correspond à une séquence de caractères dont la longueur est spécifiée par la largeur maximum de champ (par défaut 1). Le pointeur suivant doit être un pointeur vers un char, et il doit y avoir suffisamment de place dans la chaîne pour tous les caractères. Aucun octet nul final n’est ajouté. Les caractères blancs de début ne sont pas supprimés. Si on veut les éliminer, il faut utiliser une espace dans le format.

[

Correspond à une séquence non vide de caractères appartenant à un ensemble donné. Le pointeur correspondant doit être un pointeur vers un char et il doit y avoir suffisamment de place dans le tableau de caractères pour accueillir la chaîne ainsi qu’un octet nul final. Les caractères blancs du début ne sont pas supprimés. La chaîne est constituées de caractères inclus ou exclus d’un ensemble donné. L’ensemble est composé des caractères compris entre les deux crochets [ et ]. L’ensemble exclut ces caractères si le premier après le crochet ouvrant est un accent circonflexe (^). Pour inclure un crochet fermant dans l’ensemble, il suffit de le placer en première position après le crochet ouvrant, ou l’accent circonflexe ; à tout autre emplacement il servira à terminer l’ensemble. Le caractère tiret a également une signification particulière. Quand il est placé entre deux autres caractères, il ajoute à l’ensemble les caractères intermédiaires. Pour inclure un tiret dans l’ensemble, il faut le placer en dernière position avant le crochet fermant. Par exemple, [^]0−9−] correspond à l’ensemble « Tout sauf le crochet fermant, les chiffres de 0 à 9, et le tiret ». La chaîne se termine dès l’occurrence d’un caractère exclu (ou inclus s’il y à un accent circonflexe ) de l’ensemble, ou dès qu’on atteint la longueur maximale du champ.

p

Correspond à une valeur de pointeur (comme affichée par %p dans printf(3). Le pointeur suivant doit être un pointeur sur un pointeur sur void.

n

Aucune lecture n’est faite. Le nombre de caractères déjà lus est stocké dans le pointeur correspondant, qui doit être un pointeur vers un int. Ce n’est pas une conversion, mais le stockage peut quand même être supprimé avec le caractère d’affectation−suppression *. Le standard C indique : « L’exécution d’une directive %n n’incrémente pas le compteur d’assignations renvoyé à la fin de l’exécution ». Mais il semble qu’il y ait des contradictions sur ce point. Il est probablement sage de ne pas faire de suppositions sur l’effet de la conversion %n sur la valeur renvoyée.

VALEUR RENVOYÉE

Ces fonctions renvoient le nombre d’éléments d’entrées correctement mis en correspondance et assignés. Ce nombre peut être plus petit que le nombre d’éléments attendus, et même être nul, s’il y a une erreur de mise en correspondance.

La valeur EOF est renvoyée si la fin de l’entrée est atteinte avant la première conversion réussie ou si un échec de correspondance survient. EOF est également renvoyé si une erreur de lecture survient, auquel cas l’indicateur d’erreur pour le flux (voir ferror(3)) est positionné et errno est remplie en conséquence

ERREURS

EAGAIN

Le descripteur de fichier stream sous−jacent est non bloquant et l’opération de lecture bloquerait.

EBADF

Le descripteur de fichier stream sous−jacent n’est pas valide ou bien n’est pas ouvert en lecture.

EILSEQ

La séquence d’octet en entrée ne constitue pas un caractère valable.

EINTR

La lecture a été interrompue par un signal ; voir signal(7).

EINVAL

Pas suffisamment de paramètres ; ou bien format est NULL.

ENOMEM

Pas suffisamment de mémoire disponible.

ERANGE

Le résultat de la conversion entière est plus grand que la taille pouvant être stockée dans le type entier correspondant.

CONFORMITÉ

Les fonctions fscanf(), scanf(), et sscanf() sont conformes à C89, C99 et POSIX.1−2001. Ces normes ne spécifient pas l’erreur ERANGE.

Le spécificateur q est une notation BSD 4.4 pour long long, alors que ll ou l’utilisation de L dans les conversions entières sont des notations GNU.

Les versions Linux de ces fonctions sont basées sur la bibliothèque libio GNU. Jetez un oeil sur la documentation info de la libc GNU (glibc−1.08) pour une description complète.

NOTES

Pour utiliser cette fonctionnalité, indiquez a comme modificateur de longueur (par conséquent %as ou %a[range]). L’appelant doit libérer (free(3)) l’espace occupé par la chaîne renvoyée, comme dans l’exemple suivant :

char *p;
int n;

errno = 0;
n = scanf("%a[a−z]", &p);
if (n == 1) {
printf("read: %s\n", p);
free(p);
} else if (errno != 0) {
perror("scanf");
} else {
fprintf(stderr, "No matching characters\n"):
}

Comme montré dans cet exemple, il n’est nécessaire d’appeler free(3) que si l’appel à scanf() a réussi à lire une chaîne.

Le modificateur a n’est pas disponible si le programme a été compilé avec gcc −std=c99 ou gcc −D_ISOC99_SOURCE (à moins que _GNU_SOURCE n’ait également été indiqué), auquel cas a est interprété comme un spécificateur de nombres en virgule flottante (voir plus haut).

Depuis la version 2.7, la glibc fournit aussi le modificateur m pour faire la même chose que le modificateur a. Le modificateur m a les avantages suivants :

*

Il peut être appliqué aux spécificateurs de conversion %c (par exemple %3mc).

*

Il lève toute ambiguité avec le spécificateur de conversion en virgule flottante %a (et n’est pas affecté par gcc −std=c99 etc.)

*

Il est spécifié dans la version POSIX.1 à venir.

BOGUES

Toutes ces fonctions sont totalement conformes à C89, mais lui ajoutent les spécificateurs q et a ainsi que des comportements supplémentaires des spécificateurs L et l. Ce derniers doivent être considérés comme des bogues, car ils modifient le comportement de spécificateurs définis dans C89.

Certaines combinaisons de modificateurs de type et de spécificateurs de conversion définis par le C ANSI n’ont pas de sens (par exemple %Ld). Bien qu’elles aient un comportement bien défini sous Linux, ce n’est peut être pas le cas sur d’autres architectures. Il vaut donc mieux n’utiliser que des modificateurs définis en C ANSI, c’est−à−dire, utilisez q à la place de L avec les conversions d, i, o, u, x et X ou ll.

L’utilisation q n’est pas la même sous BSD 4.4, car il peut être utilisé avec des conversions de réels de manière équivalente à L. [NDT] La conversion %s devrait toujours être accompagnée d’une longueur maximale de chaîne de caractères. En effet, il existe un risque de débordement de tampon, qui peut conduire à un trou de sécurité important dans un programme setuid ou setgid.

VOIR AUSSI

getc(3), printf(3), setlocale(3), strtod(3), strtol(3), strtoul(3)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.23 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite et mise à jour par Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>; entre 1996 et 2003, puis par Alain Portal <aportal AT univ−montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et mise à disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont directement gérées par Nicolas François <nicolas.francois [AT] centraliens.net> et l’équipe francophone de traduction de Debian.

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS

blog comments powered by Disqus