Available in

(1) (2) (3) (2)/de (2)/es (2)/fr (2)/ja (2)/ko (2)/nl (2)/pl

Contents

NOM

setpgid, getpgid, setpgrp, getpgrp − Fixer/lire le groupe du processus

SYNOPSIS

#include <unistd.h>

int setpgid(pid_t pid, pid_t pgid);
pid_t getpgid(pid_t
pid);

pid_t getpgrp(void); /* version POSIX.1 */
pid_t getpgrp(psid_t
pid);          /* version BSD */

int setpgrp(void); /* version System V */
int setpgrp(pid_t
pid, pid_t pgid); /* version BSD */

Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (voir feature_test_macros(7)) :

getpgid() : _XOPEN_SOURCE >= 500
setpgrp
() (POSIX.1) : _SVID_SOURCE || _XOPEN_SOURCE >= 500

setpgrp() (BSD), getpgrp() (BSD) : _BSD_SOURCE && ! (_POSIX_SOURCE || _POSIX_C_SOURCE || _XOPEN_SOURCE || _XOPEN_SOURCE_EXTENDED || _GNU_SOURCE || _SVID_SOURCE)

DESCRIPTION

Toutes ces interfaces sont disponibles sous Linux et sont utilisées pour récupérer et fixer l’ID du groupe de processus (PGID : « Process Group ID ») d’un processus. La façon préférée, celle spécifiée par POSIX.1 est : getpgrp(void) pour récupérer le PGID du processus appelant et setpgid() pour fixer le PGID d’un processus.

setpgid() fixe à pgid le PGID du processus mentionné par pid. Si pid vaut zéro, alors le PID du processus appelant est utilisé. Si pgid vaut zéro, alors le PGID du processus indiqué par pid est positionné à la même valeur que l’identifiant du processus. Si setpgid est utilisé pour déplacer un processus d’un groupe dans un autre (comme cela peut être fait par certains shell pour les pipelines), les deux groupes de processus doivent appartenir à la même session (consultez setsid(2) et credentials(7)). Dans ce cas, pgid indique un groupe de processus existant à rejoindre et l’ID de session de ce groupe doit être celui du processus concerné.

La version POSIX.1 de getpgrp(), qui ne prend pas de paramètre, renvoie le PGID du processus appelant.

getpgid() renvoie le PGID du processus indiqué par pid. Si pid vaut zéro, le PID du processus appelant est utilisé. La récupération du PGID d’un processus autre que l’appelant est rarement utilisée et getpgrp() est préférée pour cette tâche.

L’appel setpgrp() de System V, qui ne prend pas de paramètre, est équivalent à setpgid(0, 0).

L’appel setpgrp() spécifique à BSD qui prend des paramètres pid et pgid est équivalent à setpgid(pid, pgid).

L’appel getpgrp() spécifique à BSD qui prend un unique paramètre pid est équivalent à getpgid(pid).

VALEUR RENVOYÉE

setpgid() et setpgrp() renvoient zéro s’ils réussissent, ou −1 s’ils échouent, auquel cas errno contient le code d’erreur.

L’appel getpgrp() de POSIX.1 renvoie le PGID du processus appelant.

getpgid() et l’appel spécifique à BSD getpgrp() renvoient le groupe du processus s’il réussit. En cas d’erreur −1 est renvoyé et errno contient le code d’erreur.

ERREURS

EACCES

On a essayé de changer le groupe de processus d’un enfant du processus appelant, et ce fils a déjà effectué un execve(2) (setpgid(), setpgrp()).

EINVAL

pgid est inférieur à 0 (setpgid(), setpgrp()).

EPERM

On a essayé de déplacer un processus dans un groupe d’une session différente, ou de changer le groupe d’un fils du processus appelant qui se trouve dans une autre session, ou de modifier le groupe d’un leader de session (setpgid(), setpgrp()).

ESRCH

Pour getpgid() : pid ne correspond à aucun processus. Pour setpgid() : pid n’est ni le processus appelant, ni l’un de ses enfants.

CONFORMITÉ

setpgid() et la version de getpgrp() sans paramètre sont conformes à POSIX.1−2001.

POSIX.1−2001 spécifie également getpgid() et la version de setpgrp() qui ne prend pas de paramètre. (POSIX.1−2008 marque cette spécification de setpgrp() comme obsolète)

La version de getpgrp() avec un paramètre et la version de setpgrp() qui prend deux paramètres provient de BSD 4.2 et ne sont pas spécifiées par POSIX.1.

NOTES

Un processus fils créé par fork(2) hérite du PGID de son père. Le PGID est conservé au travers d’un execve(2).

Chaque groupe de processus est membre d’une session et chaque processus est membre de cette session.

Une session peut avoir un terminal de contrôle. À tout moment, un (et un seul) des groupes de processus de cette session peut être le groupe de premier plan du terminal ; les autre groupes de processus sont en arrière plan. Si un signal est généré depuis le terminal (par exemple une touche d’interruption pour générer un SIGINT), ce signal est envoyé au groupe de processus au premier plan. Consultez termios(3) pour la liste des caractères qui génèrent des signaux. Seul le groupe de processus au premier plan peut lire avec read(2) sur le terminal ; si un groupe de processus essaie de lire avec read(2) sur le terminal, alors le groupe reçoit un signal SIGTSTP, qui le suspend. Les fonctions tcgetpgrp(3) et tcsetpgrp(3) sont utilisées pour récupérer ou positionner le groupe de processus au premier plan du terminal de contrôle.

Les appels setpgid() et getpgrp() sont utilisés par des programmes comme bash(1) pour créer des groupes de processus pour l’implémentation du contrôle des travaux depuis l’interpréteur de commande.

Si une session a un terminal de contrôle et le drapeau CLOCAL de ce terminal n’est pas actif, et une déconnexion se produit, alors le leader de la session recevra un signal SIGHUP. Si le leader se termine, le signal SIGHUP sera envoyé à tous les processus du groupe au premier plan sur le terminal de contrôle.

Si la fin du processus rend un groupe de processus orphelin, et si l’un des membres de ce groupe est arrêté, alors un signal SIGHUP suivi d’un signal SIGCONT sera envoyé à tous les processus du groupe orphelin. Un groupe de processus est orphelin si le parent de chaque processus du groupe est soit membre de ce groupe ou soit membre d’un groupe de processus dans une session différente (voyez credentials(7)).

VOIR AUSSI

getuid(2), setsid(2), tcgetpgrp(3), tcsetpgrp(3), termios(3), credentials(7)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.23 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite et mise à jour par Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>; entre 1996 et 2003, puis par Alain Portal <aportal AT univ−montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et mise à disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont directement gérées par Julien Cristau <jcristau [AT] debian.org> et l’équipe francophone de traduction de Debian.

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS

blog comments powered by Disqus