Available in

(8) (1)/fi (8)/fr (8)/hu (1)/it (8)/ja (8)/pl (8)/tr

Contents

NOM

rmmod − Décharger un module.

SYNOPSIS

rmmod [ −aehrsvV] module ...

DESCRIPTION

rmmod décharge de la mémoire les modules chargés dans le noyau en cours d’exécution.

rmmod essaye d’enlever un ensemble de modules du noyau, à condition qu’ils ne soient ni en cours d’utilisation, ni nécessaires à d’autres modules.

S’il y a plus d’un module sur la ligne de commande, ils sont retirés dans l’ordre indiqué. Ceci permet le déchargement de modules empilés.

Avec l’option ’-r’, une suppression récursive est tentée. Ceci signifie que si un module au sommet de la pile est indiqué sur la ligne de commande, tous les modules qu’il utilise seront supprimés si possible, et ainsi de suite.

OPTIONS
−a
, −−all

Réaliser l’auto-nettoyage : marquer les module non utilisés comme "à nettoyer" et supprimer ceux déjà marqués. Ces derniers n’ont pas été utilisés depuis le dernier auto-nettoyage. La suppression en deux passes éviter de décharger des modules temporairement inutilisés.

−e, −−persist

Sauver les données persistantes pour les modules indiqués, sans en décharger aucun. Si aucun module n’est indiqué, alors la sauvegarde a lieu pour tous les modules qui ont des données persistantes. Les données sont sauvegardées seulement si le noyau et modutils supportent les données persistantes et si /proc/ksyms contient une entrée
__insmod_modulename_Ppersistent_filename

−h, −−help

Affiche une page d’aide et se termine.

−r, −−stacks

Supprime une pile de module.

−s

Affiche tout via syslog(3) plutôt que sur le terminal.

−v, −−verbose

Mode volubile.

−V, −−version

Affiche le numéro de version de modutils.

DONNÉES PERSISTANTES

Si un module contient des données persistantes (voir insmod(8) et modules.conf(5)) alors la suppression de ce module écrit toujours ces données dans le fichier dans l’entrée __insmod _P symbol. On peut aussi sauvegarder les données persistantes à tout moment par rmmod -e, sans décharger aucun module.

Quand les données persistantes sont écrites dans le fichier, elles sont précédées par une ligne de commentaire
#% version_noyau horodatage
Les lignes de commentaires générées automatiquement commencent par ’#%’, elles sont toutes supprimées du fichier existant, mais les autres commentaires sont préservés. Les valeurs des données sont écrites, en conservant l’ordre des commentaires et affectations. Les nouvelles valeurs sont ajoutées à la fin du fichier. Si le fichier contient des valeurs absentes du module, elles sont préservées mais précédées d’un commentaire d’avertissement. Ceci permet à un utilisateur de changer de versions de noyau sans perdre de données persistantes et sans message d’erreur.

Note : Pour les commentaires, le premier caractère non-blanc de la ligne doit être module. Les espaces en début de ligne sont ignorés, mais tout le reste est transmis tel quel en option à insmod.

VOIR AUSSI

insmod(8), lsmod(8), ksyms(8), modprobe(8).

BOGUES

rmmod [−V −−version] devrait afficher la version et se terminer immédiatement. Au lieu de cela, il affiche la version et se cmporte comme si aucun option n’était fournie.

HISTOIRE

Le support des modules a été conçu initialement par Illustre Anonyme.
La version initiale pour Linux par Bas Laarhoven <bas [AT] vimec.nl>
Version 0.99.14 par Jon Tombs <jon [AT] gtex02.es>
Étendu par Bjorn Ekwall <bj0rn [AT] blox.se>
Mis à jour pour Linux 2.1.17 par Richard Henderson <rth [AT] tamu.edu>
Mis à jour Linux 2.2.2 par Bjorn Ekwall <bj0rn [AT] blox.se>
Mis à jour modutils 2.3.20 par Keith Owens <kaos [AT] ocs.au>
Données persistantes modutils 2.3.22 par Keith Owens <kaos [AT] ocs.au>

TRADUCTION

Thierry Vignaud <tvignaud [AT] mandrakesoft.com>, 2000
Christophe Blaess, 2003.

COMMENTS

blog comments powered by Disqus