Available in

(3) (3)/fr (1)/ja (3)/ja

Contents

NOM

rewec − Renvoyer un flux sur une commande distante

SYNOPSIS

int rexec(char **ahost, int inport, char *user,
char *
passwd, char *cmd, int *fd2p);

DESCRIPTION

Cette interface est rendue obsolète par rcmd(3).

La fonction rexec() cherche l’hôte *ahost en utilisant gethostbyname(3), elle renvoie −1 si l’hôte n’existe pas. Autrement, *ahost est configuré avec le nom standard de l’hôte. Si un nom d’utilisateur et un mot de passe sont également spécifiés, ils sont utilisés pour s’authentifier sur l’hôte ; autrement, on cherche les informations appropriées dans l’environnement puis dans le fichier .netrc de l’utilisateur situé dans le répertoire personnel. Si cela échoue, on demande l’information à l’utilisateur.

Le port inport spécifie quel port Internet DARPA sera utilisé pour la connexion ; l’appel getservbyname("exec", "tcp") (voir getservent(3)) renverra un pointeur sur une structure qui contient le port nécessaire. Le protocole de la connexion est décrit en détails dans rexecd(8).

Si la connexion réussit, une socket dans le domaine Internet de type SOCK_STREAM est renvoyée à l’appelant et est fournie à la commande distante comme stdin et stdout. Si fd2p est non nul, un canal auxiliaire sur un processus de contrôle sera configuré et un descripteur de celui−ci sera placé dans *fd2p. Le processus de contrôle renverra une sortie de diagnostic de la commande (unité 2) sur ce canal et acceptera les octets sur ce même canal comme étant des numéros de signaux Unix à transmettre au groupe du processus de la commande. L’information de diagnostic n’inclut pas l’échec d’autorisation distante. Une connexion secondaire est configurée après que l’autorisation a été vérifiée. Si fd2p vaut 0, stderr (unité 2 de la commande distante) sera la même que stdout et aucun canal supplémentaire ne sera utilisé pour envoyer des signaux arbitraires au processus distant, bien qu’il soit possible d’obtenir son attention en transmettant des données supplémentaires.

CONFORMITÉ

Pas dans POSIX.1−2001. Présente sur les BSD, Solaris et beaucoup d’autres systèmes. La fonction rexec() est apparue dans BSD 4.2.

BOGUES

La fonction rexec() envoie des mots de passe non chiffrés sur le réseau.

Le service sous−jacent est considéré comme un gros trou de sécurité et ne devrait pas être activé sur bien des machines ; voir rexecd(8) pour plus d’explications.

VOIR AUSSI

rcmd(3), rexecd(8)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.23 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite par Alain Portal <aportal AT univ−montp2 DOT fr> en 2006, et mise à disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont directement gérées par Nicolas François <nicolas.francois [AT] centraliens.net> et l’équipe francophone de traduction de Debian.

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS

blog comments powered by Disqus