Available in

(3) (3)/de (3)/es (3)/fr (3)/ja (3)/ko (3)/pl

Contents

NOM

popen, pclose − Tuyau entrant ou sortant pour un processus

SYNOPSIS

#include <stdio.h>

FILE *popen(const char *command, const char *type);

int pclose(FILE *stream);

Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (voir feature_test_macros(7)) :

popen(), pclose() : _POSIX_C_SOURCE >= 2 || _XOPEN_SOURCE || _POSIX_SOURCE _BSD_SOURCE || _SVID_SOURCE

DESCRIPTION

La fonction popen() engendre un processus en créant un tube (pipe), exécutant un fork(), et en invoquant le shell. Comme un tube est unidirectionnel par définition, l’argument type doit indiquer seulement une lecture ou une écriture, et non pas les deux. Le flux correspondant sera ouvert en lecture seule ou écriture seule.

L’argument command est un pointeur sur une chaîne de caractères, terminée par un caractère nul, et contenant une ligne de commande shell. Cette commande est transmise à /bin/sh en utilisant l’option −c. L’interprétation en est laissée au shell. L’argument type est un pointeur sur une chaîne de caractères, terminée par un caractère nul, qui doit contenir soit la lettre « r » pour la lecture soit la lettre « w » pour l’écriture. Depuis la glibc 2.9, ce paramètre peut également contenir la lettre « e », qui a pour conséquence l’activation de l’attribut « close−on−exec » (FD_CLOEXEC) pour le descripteur de fichier ; consultez la description de l’attribut O_CLOEXEC dans open(2) pour savoir quand c’est utile.

La valeur renvoyée par popen() est un flux d’entrée−sortie normal, à la seule différence qu’il doit être fermé en appelant pclose() à la place de fclose(3). L’écriture dans le flux correspond à écrire sur l’entrée standard de la commande. Le flux de sortie standard de la commande est le même que celui du processus appelant popen(), à moins que la commande le modifie. Symétriquement, la lecture depuis un flux ouvert par popen() correspond à lire la sortie standard de la commande, et dans ce cas l’entrée standard de la commande est la même que celle du processus appelant popen().

Notez que, par défaut, les flux de sortie fournis par popen() disposent d’un tampon.

La fonction pclose() attend que le processus correspondant se termine, et renvoie alors l’état de sortie de la commande, comme en utilisant wait4(2).

VALEUR RENVOYÉE

La fonction popen() renvoie NULL si l’appel système fork(2) ou pipe(2) échoue, ou s’il n’a pas assez de mémoire.

La fonction pclose() renvoie −1 si wait4(2) échoue, ou si une autre erreur est détectée.

ERREURS

La fonction popen ne remplit pas errno si une allocation mémoire échoue. Si les appels fork(2) ou pipe(2) sous−jacents échouent, errno est correctement rempli. Si l’argument type est invalide, et si cette condition est détectée, errno contient EINVAL.

Si pclose() n’arrive pas à obtenir l’état du fils, errno contient ECHILD.

CONFORMITÉ

POSIX.1−2001.

La valeur « e » pour type est une extension Linux.

BOGUES

Comme l’entrée standard d’une commande ouverte en lecture partage son pointeur de position dans le flux avec le processus appelant popen(), si le processus original a effectué des lectures en tampon, la position du flux d’entrée de la commande peut être différente de celle attendue. Symétriquement, la sortie d’une commande ouverte en écriture peut s’emmêler avec celle du processus original. Le second problème peut être évité en appelant fflush(3) avant popen().

Il n’est pas possible de distinguer un échec d’exécution du shell lui−même, d’un échec d’exécution d’une commande par le shell, ni même d’une sortie immédiate de la commande. Le seul indice est un code de retour de 127.

VOIR AUSSI

sh(1), fork(2), pipe(2), wait4(2), fclose(3), fflush(3), fopen(3), stdio(3), system(3)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.23 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite et mise à jour par Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>; entre 1996 et 2003, puis par Alain Portal <aportal AT univ−montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et mise à disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont directement gérées par Nicolas François <nicolas.francois [AT] centraliens.net> et l’équipe francophone de traduction de Debian.

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS

blog comments powered by Disqus