Available in

(3) (3)/es (3)/fr (3)/ja

Contents

NOM

ftw, nftw − Parcourir des arborescences de fichiers

SYNOPSIS

#include <ftw.h>

int ftw(const char *dirpath,
int (*
fn) (const char *fpath, const struct stat *sb,
int
typeflag),
int
nopenfd);

#define _XOPEN_SOURCE 500
#include <ftw.h>

int nftw(const char *dirpath,
int (*
fn) (const char *fpath, const struct stat *sb,
int
typeflag, struct FTW *ftwbuf),
int
nopenfd, int flags);

DESCRIPTION

La fonction ftw() parcourt une arborescence de fichiers située dans le répertoire dirpath et appelle fn() pour chaque entrée de l’arborescence. Par défaut, les répertoires sont traités avant les fichiers et sous−répertoires qu’ils contiennent.

Afin d’éviter d’utiliser tous les descripteurs de fichier disponibles pour le programme, nopenfd spécifie le nombre maximum de répertoires que ftw() peut ouvrir de manière simultanée. Lorsque la profondeur de recherche est supérieure à cette valeur, ftw() ralentit car les répertoires doivent être fermés puis ré−ouverts. ftw() utilise au plus un descripteur de fichier pour chaque niveau dans l’arborescence des fichiers.

Pour chaque entrée trouvée dans l’arbre, ftw() appelle fn() avec trois arguments : fpath, sb et typeflag. fpath est le chemin de l’entrée relativement à dirpath. sb est un pointeur vers la structure stat renvoyée par un appel à stat(2) pour fpath. typeflag est un entier qui a une des valeurs suivantes :

FTW_F

fpath est un fichier régulier.

FTW_D

fpath est un répertoire.

FTW_DNR

fpath est un répertoire non lisible.

FTW_NS

L’appel stat(2) a échoué sur fpath, qui n’est pas un lien symbolique.

Si fpath est un lien symbolique et que stat(2) échoue, POSIX.1−2001 précise que c’est indéfini si FTW_NS ou FTW_SL sont passés à typeflag (voyez ci−dessous).

Pour arrêter le parcours des arborescences de fichiers, la fonction fn() renvoie une valeur non nulle, qui deviendra la valeur de retour de ftw(). Tant que fn() renvoie 0, ftw() continuera jusqu’à la fin du parcours de l’arborescence, et dans ce cas renverra zéro, ou jusqu’à ce que une erreur se produise (comme pour malloc(3)) et renverra −1.

Comme ftw() utilise des structures de données allouées dynamiquement, la seule manière propre de sortir d’un parcours d’arborescence est de renvoyer une valeur non nulle depuis fn(). Pour permettre à un signal de terminer le parcours sans causer de fuite de mémoire, utilisez un « handler » qui définit un drapeau vérifié par fn(). N’utilisez pas longjmp(3) à moins que le programme ne soit prêt à se terminer.

nftw()
La fonction nftw() fait exactement la même chose que ftw(), sauf qu’elle utilise un argument flags et appelle fn() avec un argument supplémentaire ftwbuf.

L’argument flags est un OU regroupant zéro ou certains des drapeaux suivants :
FTW_ACTIONRETVAL
(depuis la glibc 2.3.3)

Si ce drapeau, spécifique à la glibc, est positionné, alors nftw() gère la valeur de retour de fn() différemment. fn() devrait renvoyer l’une des valeurs suivantes :
FTW_CONTINUE

nftw() va continuer normalement.

FTW_SKIP_SIBLINGS

Si fn() renvoie cette valeur, alors les « siblings » des entrées courantes seront passées, et la procédure continuera avec le parent.

FTW_SKIP_SUBTREE

Si fn() est appelée avec une entrée qui est un répertoire (typeflag vaut FTW_D), cette valeur de retour prévient les objets dans ce répertoire d’être passés comme argument à fn(). nftw() continue avec le « sibling » suivant du répertoire.

FTW_STOP

nftw() retourne immédiatement avec la valeur de retour FTW_STOP.

Les autres valeurs de retour pourront être associées avec une nouvelle action dans le futur ; fn ne devrait retourner que les valeurs citées ci−dessus.

La macro de test _GNU_SOURCE doit être définie afin d’obtenir la définition de FTW_ACTIONRETVAL depuis <ftw.h>.

FTW_CHDIR

Si défini, faire un chdir(2) avec chaque répertoire avant de traiter son contenu. C’est utile si le programme doit exécuter des actions dans le répertoire où fpath réside.

FTW_DEPTH

Si défini, faire une recherche « post−order » ; c’est−à−dire, appeler fn() pour le répertoire lui même après avoir traité son contenu et celui de ses sous−répertoires (par défaut chaque répertoire est traité avant son contenu).

FTW_MOUNT

Si défini, rester uniquement dans le même système de fichiers (p. ex. : ne pas parcourir un point de montage).

FTW_PHYS

Si défini, ne pas suivre les liens symboliques (c’est ce que l’on veut). Si non défini, les liens symboliques sont suivis, mais aucun fichier n’est traité plus d’une fois.

Si FTW_PHYS n’est pas défini, mais si FTW_DEPTH l’est, alors la fonction fn() n’est jamais appelée pour un répertoire que l’on retrouve dans ses propres descendants.

Pour chaque entrée de l’arbre du répertoire, nftw() appelle fn() avec quatre arguments : fpath et sb sont les mêmes que pour ftw(). typeflag peut prendre l’une des valeurs définies par ftw() ou l’une des valeurs suivantes :

FTW_DP

fpath est un répertoire, et FTW_DEPTH a été défini dans flags. Tous les fichiers et les sous−répertoires dans fpath ont été traités.

FTW_SL

fpath est un lien symbolique, et FTW_PHYS a été défini dans flags.

FTW_SLN

fpath est un lien symbolique pointant nulle part. Ceci ne se produit que si FTW_PHYS n’est pas défini.

Le quatrième argument qu’utilise nftw() lorsqu’elle appelle fn est une structure du type FTW :

struct FTW {
int base;
int level;
};

base est le décalage du nom de fichier (« basename ») du chemin donné par fpath. level est la profondeur de fpath dans l’arbre des répertoires, relative à la racine de l’arbre (dirpath qui a une profondeur nulle).

VALEUR RENVOYÉE

Ces fonctions renvoie 0 en cas de succès et −1 en cas d’erreur.

Si fn() renvoie une valeur non nulle, alors le parcours de l’arbre se termine et la valeur renvoyée par fn() est renvoyée comme résultat de ftw() ou nftw().

Si nftw() est appelé avec le drapeau FTW_ACTIONRETVAL, alors la seule valeur non nulle qui pourra être utilisée par fn() pour terminer le parcours de l’arbre est FTW_STOP, et cette valeur est renvoyée comme le résultat de nftw().

CONFORMITÉ

POSIX.1−2001, SVr4, SUSv1. POSIX.1−2008 marque ftw() comme étant obsolète.

NOTES

La fonction nftw() et l’utilisation de FTW_SL() avec ftw() ont été introduites dans SUSv1.

Sur certains systèmes, ftw() n’utilise jamais FTW_SL, sur d’autres, FTW_SL ne survient que pour les liens symboliques pointant nulle part, sur d’autres encore, ftw() utilise FTW_SL pour chaque lien symbolique. Pour un fonctionnement prévisible, employez nftw().

Sous Linux, les libc4, libc5 et glibc 2.0.6 utilisent FTW_F pour tous les objets (fichier, lien symbolique, fifo, etc.), sauf pour les répertoires, qui peuvent être utilisés par stat.

La fonction nftw() est disponible depuis la glibc 2.1.

FTW_ACTIONRETVAL est spécifique à la glibc.

EXEMPLE

Le programme suivant parcours l’arbre des répertoires du chemin donné en premier argument de la ligne de commande ou du répertoire courant s’il n’est pas spécifié. Il affiche divers informations à propos de chaque fichier. Le second argument de la ligne de commande peut être utilisé pour spécifier les caractères assignés à l’argument flags lors des appels de nftw().

#define _XOPEN_SOURCE 500
#include <ftw.h>
#include <stdio.h>
#include <stdlib.h>
#include <string.h>
#include <stdint.h>

static int
display_info(const char *fpath, const struct stat *sb,
int tflag, struct FTW *ftwbuf)
{
printf("%−3s %2d %7jd %−40s %d %s\n",
(tflag == FTW_D) ? "d" : (tflag == FTW_DNR) ? "dnr" :
(tflag == FTW_DP) ? "dp" : (tflag == FTW_F) ? "f" :
(tflag == FTW_NS) ? "ns" : (tflag == FTW_SL) ? "sl" :
(tflag == FTW_SLN) ? "sln" : "???",
ftwbuf−>level, (intmax_t) sb−>st_size,
fpath, ftwbuf−>base, fpath + ftwbuf−>base);
return 0; /* To tell nftw() to continue */
}

int
main(int argc, char *argv[])
{
int flags = 0;

if (argc > 2 && strchr(argv[2], 'd') != NULL)
flags |= FTW_DEPTH;
if (argc > 2 && strchr(argv[2], 'p') != NULL)
flags |= FTW_PHYS;

if (nftw((argc < 2) ? "." : argv[1], display_info, 20, flags)
== −1) {
perror("nftw");
exit(EXIT_FAILURE);
}
exit(EXIT_SUCCESS);
}

VOIR AUSSI

stat(2), fts(3), readdir(3), feature_test_macros(7)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.23 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite et mise à jour par Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>; entre 1996 et 2003, puis par Alain Portal <aportal AT univ−montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et mise à disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont directement gérées par Florentin Duneau <fduneau [AT] gmail.com> et l’équipe francophone de traduction de Debian.

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS

blog comments powered by Disqus