Available in

(3) (3)/es (3)/fr (3)/ja (3)/pt

Contents

NOM

inet_pton − Convertir des adresses IPv4 et IPv6 sous forme texte en forme binaire

SYNOPSIS

#include <arpa/inet.h>

int inet_pton(int af, const char *src, void *dst);

DESCRIPTION

Cette fonction convertit la chaîne de caractères src en une structure d’adresse réseau de la famille af, puis copie cette structure dans dst .L’argument af doit être soit AF_INET soit AF_INET6.

Les familles d’adresses suivantes sont dès à présent supportées :
AF_INET

src pointe sur une chaîne de caractère contenant une adresse réseau IPv4 au format décimal pointé ddd.ddd.ddd.ddd, où ddd est un nombre décimal, contenant jusqu’à trois chiffres, dans l’intervalle 0 à 255. L’adresse est alors convertie en une structure struct in_addr et copiée dans dst, qui doit donc contenir au minimum sizeof(struct in_addr) (4) octets (32 bits).

AF_INET6

src pointe sur une chaîne de caractères contenant une adresse réseau IPv6. L’adresse est convertie en une structure struct in6_addr et copiée dans dst, qui doit donc contenir au moins sizeof(struct in6_addr) (16) octets (128 bits). Les formats d’adresse IPv6 autorisés suivent les règles suivantes :

1.

Le format préféré est x:x:x:x:x:x:x:x. Cette forme consiste en 8 nombres hexadécimaux, chacun d’entre eux exprimant une valeur sur 16 bits (c’est−à−dire que chaque x peut contenir jusqu’à 4 symboles hexadécimaux).

2.

Une série de zéros contigus dans la forme préférée peut être abrégée en ::. Une seule instance de :: peut apparaître dans une adresse. Par exemple, l’adresse de boucle 0:0:0:0:0:0:0:1 peut être abrégée en ::1. L’adresse joker, constituée uniquement de zéros, peut être écrite comme ::.

3.

Un autre format utile pour exprimer des adresses IPv4 projetées dans l’espace IPv6 est x:x:x:x:x:x:d.d.d.d, où les six x de tête sont des valeurs hexadécimales qui définissent les 6 mots 16 bits de poids fort de l’adresse (c’est−à−dire 96 bits), et les d expriment une valeur en notation décimale pointée définissant les 32 bits de poids faible de l’adresse. Un exemple d’une telle adresse est ::FFFF:204.152.189.116.

Voir la RFC 2373 pour plus de détails sur la représentation des adresses IPv6.

VALEUR RENVOYÉE

inet_pton() renvoie 1 si elle réussit (l’adresse réseau a été convertie avec succès). Elle renvoie une valeur nulle si src ne contient pas une adresse réseau valable pour la famille indiquée. Si af ne contient pas de famille d’adresse valable, −1 est renvoyé et errno contient EAFNOSUPPORT.

CONFORMITÉ

POSIX.1−2001.

NOTES

Contrairement à inet_aton(3) et inet_addr(3), inet_pton() gère les adresses IPv6. D’un autre coté, inet_pton() n’accepte que les adresses IPv4 en notation décimale pointée alors que inet_aton(3) et inet_addr(3) autorisent la notation plus générale numérique pointée (formats à nombre hexadécimaux et octaux, de même que les formats n’exigeant pas que les 4 octets soient explicitement écrits). Pour une interface gérant les adresses IPv6 et IPv4 en notation numérique pointée, voir getaddrinfo(3).

BOGUES

AF_INET6 ne reconnaît pas les adresses IPv4. Il faut dans ce cas fournir dans src une adresse IPv4 projetée dans l’espace IPv6.

EXEMPLE

Le programme suivant montre une utilisation de inet_pton() et inet_ntop(3). Voici quelques exemples d’exécution :

$ ./a.out i6 0:0:0:0:0:0:0:0
::
$ ./a.out i6 1:0:0:0:0:0:0:8
1::8
$ ./a.out i6 0:0:0:0:0:FFFF:204.152.189.116
::ffff:204.152.189.116

Source du programme
#include <arpa/inet.h>
#include <stdio.h>
#include <stdlib.h>
#include <string.h>

int
main(int argc, char *argv[])
{
unsigned char buf[sizeof(struct in6_addr)];
int domain, s;
char str[INET6_ADDRSTRLEN];

if (argc != 3) {
fprintf(stderr, "Usage: %s {i4|i6|<num>} string\n", argv[0]);
exit(EXIT_FAILURE);
}

domain = (strcmp(argv[1], "i4") == 0) ? AF_INET :
(strcmp(argv[1], "i6") == 0) ? AF_INET6 : atoi(argv[1]);

s = inet_pton(domain, argv[2], buf);
if (s <= 0) {
if (s == 0)
fprintf(stderr, "Not in presentation format");
else
perror("inet_pton");
exit(EXIT_FAILURE);
}

if (inet_ntop(domain, buf, str, INET6_ADDRSTRLEN) == NULL) {
perror("inet_ntop");
exit(EXIT_FAILURE);
}

printf("%s\n", str);

exit(EXIT_SUCCESS);
}

VOIR AUSSI

getaddrinfo(3), inet(3), inet_ntop(3)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.23 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite et mise à jour par Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>; entre 1996 et 2003, puis par Alain Portal <aportal AT univ−montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et mise à disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont directement gérées par Florentin Duneau <fduneau [AT] gmail.com> et l’équipe francophone de traduction de Debian.

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS

blog comments powered by Disqus