Available in

(3) (3)/de (3)/es (3)/fr (3)/ja (3)/ko (3)/pl

Contents

NOM

getpwnam, getpwnam_r, getpwuid, getpwuid_r − Lire un enregistrement du fichier des mots de passe.

SYNOPSIS

#include <sys/types.h>
#include <pwd.h>

struct passwd *getpwnam(const char *name);

struct passwd *getpwuid(uid_t uid);

int getpwnam_r(const char *name, struct passwd *pwd,
char *
buf, size_t buflen, struct passwd **result);

int getpwuid_r(uid_t uid, struct passwd *pwd,
char *
buf, size_t buflen, struct passwd **result);

Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (voir feature_test_macros(7)) :

getpwnam_r(), getpwuid_r() : _POSIX_C_SOURCE >= 1 || _XOPEN_SOURCE || _BSD_SOURCE || _SVID_SOURCE || _POSIX_SOURCE

DESCRIPTION

La fonction getpwnam() renvoie un pointeur sur une structure contenant les divers champs de l’enregistrement de la base de données des mots de passe (par exemple, la base de données locale /etc/passwd, NIS ou LDAP) correspondant au nom d’utilisateur name.

La fonction getpwuid() renvoie un pointeur sur une structure contenant les divers champs de l’enregistrement de la base de données des mots de passe correspondant à l’ID utilisateur uid.

Les fonctions getpwnam_r() et getpwuid_r() obtiennent les mêmes informations mais enregistrent la structure passwd trouvée dans l’espace pointé par pwd. Cette structure passwd contient des pointeurs vers des chaînes, et ces chaînes sont enregistrées dans le tampon buf de taille buflen. Un pointeur vers le résultat (en cas de succès) ou NULL (au cas où aucune entrée n’ait été trouvée ou qu’une erreur soit survenue) est enregistré dans *result.

La structure passwd est définie dans <pwd.h> comme ceci :

struct passwd {
char *pw_name; /* Nom d’utilisateur */
char *pw_passwd; /* Mot de passe de l’utilisateur */
uid_t pw_uid; /* ID de l’utilisateur */
gid_t pw_gid; /* ID du groupe */
char *pw_gecos; /* Nom réel */
char *pw_dir; /* Répertoire personnel */
char *pw_shell; /* Interpréteur de commande */
};

La taille maximum nécessaire pour buf peut être récupérée en utilisant sysconf(3) avec le paramètre _SC_GETPW_R_SIZE_MAX.

VALEUR RENVOYÉE

Les fonctions getpwnam() et getpwuid() renvoient un pointeur sur une structure passwd, ou NULL si une erreur se produit, ou si l’enregistrement correspondant n’est pas trouvé. En cas d’erreur, errno est positionnée en conséquence. Si on souhaite vérifier errno après l’appel, celle−ci devrait être positionnée à zéro avant l’appel.

La valeur de retour peut pointer vers une zone statique et donc être écrasée par des appels successifs à getpwent(3), getpwnam() ou getpwuid(). (Ne pas passer le pointeur renvoyé à free(3).)

En cas de succès, getpwnam_r() et getpwuid_r() renvoient zéro et définissent *result à pwd. Si aucun mot de passe ne correspond, ces fonctions renvoient 0 et définissent *result à NULL. En cas d’erreur, un code d’erreur est renvoyé et *result et définit à NULL.

ERREURS

0 ou ENOENT ou ESRCH ou EBADF ou EPERM ou ...

Le nom name ou l’identifiant uid n’ont pas été trouvés.

EINTR

Un signal a été intercepté.

EIO

Erreur d’entrée−sortie.

EMFILE

Le nombre maximal (OPEN_MAX) de fichiers ouverts par le processus est atteint.

ENFILE

Le nombre maximal de fichiers ouverts sur le système est atteint.

ENOMEM

Pas assez de mémoire pour allouer la structure passwd.

ERANGE

L’espace tampon fourni est insuffisant.

NOTE

La base de données des mots de passe utilisateur est la plupart du temps /etc/passwd. Cependant, sur les systèmes récents, elle peut faire référence à une base de données réseau NIS, LDAP et les autres fichiers locaux sont configurés dans /etc/nsswitch.conf.

FICHIERS

/etc/passwd

Base de données des mots de passe locaux

/etc/nsswitch.conf

Fichier de configuration des base de données système et des options des noms de services

CONFORMITÉ

SVr4, BSD 4.3, POSIX.1−2001.

NOTES

La description "VALEUR RENVOYÉE" ci−dessus vient de POSIX.1−2001. Elle ne considère pas le cas « non trouvé » comme une erreur, et ne spécifie pas errno dans ce cas. Cela rend la détection d’erreur impossible. On peut dire que, d’après POSIX, errno est inchangée dans le cas où aucune entrée n’est trouvée. Des essais sur de nombreux systèmes Unix ont fait apparaître différentes valeurs dans ce cas : 0, ENOENT, EBADF, ESRCH, EWOULDBLOCK, EPERM et probablement d’autres.

Le champ pw_dir contient le nom du répertoire de travail initial de l’utilisateur. Les programmes de connexion (« login ») utilisent ce champ pour initialiser la variable d’environnement HOME pour les interpréteurs de commandes initiaux. Une application qui souhaite déterminer le répertoire personnel des utilisateurs devrait lire la valeur de HOME (au lieu de la valeur de getpwuid(getuid())−>pw_dir) puisque que ceci permet à l’utilisateur de modifier « son répertoire personnel » lorsqu’il est connecté. Pour déterminer le répertoire personnel « initial » d’un autre utilisateur, il est nécessaire d’utiliser getpwnam("utilisateur")−>pw_dir ou un équivalent.

EXEMPLE

Le programme suivant est un exemple d’utilisation de getpwnam_r() pour trouver le nom complet et l’identifiant du nom d’utilisateur fourni en paramètre.

#include <pwd.h>
#include <stdio.h>
#include <stdlib.h>
#include <unistd.h>
#include <errno.h>

int
main(int argc, char *argv[])
{
struct passwd pwd;
struct passwd *result;
char *buf;
size_t bufsize;
int s;

if (argc != 2) {
fprintf(stderr, "Usage: %s username\n", argv[0]);
exit(EXIT_FAILURE);
}

bufsize = sysconf(_SC_GETPW_R_SIZE_MAX);
if (bufsize == −1) /* Value was indeterminate */
bufsize = 16384; /* Should be more than enough */

buf = malloc(bufsize);
if (buf == NULL) {
perror("malloc");
exit(EXIT_FAILURE);
}

s = getpwnam_r(argv[1], &pwd, buf, bufsize, &result);
if (result == NULL) {
if (s == 0)
printf("Not found\n");
else {
errno = s;
perror("getpwnam_r");
}
exit(EXIT_FAILURE);
}

printf("Name: %s; UID: %ld0, pwd.pw_gecos, (long) pwd.pw_uid);
exit(EXIT_SUCCESS);
}

VOIR AUSSI

endpwent(3), fgetpwent(3), getgrnam(3), getpw(3), getpwent(3), getspnam(3), putpwent(3), setpwent(3), nsswitch.conf(5), passwd(5)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.23 du projet man−pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man−pages/.

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite et mise à jour par Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/>; entre 1996 et 2003, puis par Alain Portal <aportal AT univ−montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et mise à disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont directement gérées par Florentin Duneau <fduneau [AT] gmail.com> et l’équipe francophone de traduction de Debian.

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <debian−l10n−french [AT] lists.org> ou par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « man −L C <section> <page_de_man> ».

COMMENTS

blog comments powered by Disqus