Available in

(1) (2) (3) (1)/cs (1)/de (2)/de (1)/es (2)/es (1)/fi (1)/fr (2)/fr (1)/hu (1)/it (1)/ja (2)/ja (1)/ko (2)/ko (1)/nl (2)/nl (1)/pl (2)/pl (1)/pt (1)/ru (2)/ru (1)/tr (1)/zh_cn (1)/zh_tw

Contents

NOM

chmod − Modifier les bits de comportement de fichier

SYNOPSIS

chmod [OPTION]... MODE[,MODE]... FICHIER...
chmod
[OPTION]... MODE−OCTAL FICHIER
chmod
[OPTION]... −−reference=FICHIER−R FICHIER

DESCRIPTION

Cette page de manuel documente la version GNU du programme chmod. Le programme chmod modifie les bits de comportement de fichier de chacun des fichiers indiqués, en suivant l’indication de mode, qui peut être une représentation symbolique des changements à effectuer, ou un nombre octal représentant le motif binaire des nouveaux bits de comportement.

Le format d’un mode symbolique [ugoa...][[+−=][permissions...]...], où permissions vaut soit zéro, soit plusieurs lettres de l’ensemble rwxXst, soit une seule lettre de l’ensemble ugo. Plusieurs modes symboliques peuvent être indiqués ensemble, séparés par des virgules.

Une combinaison des lettres ugoa contrôle la catégorie d’accès à modifier. Il peut s’agir de l’utilisateur possédant le fichier (u), des autres utilisateurs du même groupe que le fichier (g), des utilisateurs n’appartenant pas au groupe du fichier (o), ou de tous les utilisateurs (a). Si aucune catégorie n’est indiquée, a est pris par défaut, mais les bits correspondant à des bits à 1 de l’umask ne sont pas affectés.

L’opérateur + ajoute à chaque fichier les bits de comportement de fichier spécifiés à ceux déjà existants, l’opérateur les enlève, et l’opérateur = les ajoute tout en supprimant ceux qui n’ont pas été indiqués. Dans ce dernier cas, les bits d’emprunt des identifiants d’utilisateur et de groupe d’un répertoire ne sont toutefois pas affectés.

Les lettres rwxXst sélectionnent les bits de comportement de fichier des utilisateurs concernés : lecture (r), écriture (w), exécution (ou recherche pour les répertoires) (x), exécution/recherche uniquement si le fichier est un répertoire ou s’il a déjà une autorisation d’exécution pour une des catégories d’utilisateur (X), spécification de l’identifiant du propriétaire ou du groupe propriétaire du fichier lors de l’exécution (s), du drapeau de suppression restreinte ou du bit sticky (t). À la place de ces lettres, vous pouvez indiquer une et une seule des lettres de l’ensemble ugo : les permissions dont dispose le propriétaire du fichier (u), les permissions dont disposent les autres membres du groupe propriétaire du fichier (g) et des permissions dont disposent tous les autres utilisateurs (o).

La valeur pour le mode numérique est constituée de 1 à 4 chiffres en octal (0 à 7), calculés en additionnant les bits de valeurs 4, 2 et 1, tout bit non mentionné étant considéré comme des zéros en début de chaîne. Le premier chiffre correspond aux attributs identifiant de l’utilisateur (4), identifiant du groupe (2) et suppression restreinte ou bit sticky (1). Le second chiffre correspond aux autorisations de lecture (4), écriture (2) et exécution (1) pour l’utilisateur propriétaire du fichier. Les troisième et quatrième chiffres correspondent respectivement aux autorisations d’accès pour les membres du groupe du fichier, et pour les autres utilisateurs. Les valeurs ont les mêmes significations que pour le deuxième chiffre.

Le programme chmod ne modifie jamais les autorisations des liens symboliques, l’appel système chmod ne pouvant pas les modifier. Ceci n’est pas un problème puisque ces autorisations ne sont jamais prises en compte. Cependant, pour chaque lien symbolique mentionné sur la ligne de commande, chmod modifie les autorisations d’accès du fichier cible. En revanche, chmod ignore purement et simplement les liens symboliques qu’il rencontre lors des descentes récursives de répertoires.

BITS SETUID ET SETGID

chmod réinitialise le bit d’emprunt de l’identifiant de groupe d’un fichier standard si l’identifiant de groupe du fichier ne correspond pas à l’identifiant de groupe effectif de l’utilisateur ou à l’un des identifiants des groupes supplémentaires de l’utilisateur, sauf si l’utilisateur possède les privilèges appropriés. Toute restriction supplémentaire peut empêcher la prise en compte des bits d’emprunt des identifiants d’utilisateur et de groupe de MODE ou de FICHIER−R. Ce comportement dépend de la politique appliquée et des fonctionnalités de l’appel système sous−jacent chmod. En cas de doute, vérifiez le comportement du système sous−jacent.

chmod conserve les bits d’emprunt des identifiants d’utilisateur et de groupe d’un répertoire sauf si explicitement indiqué. Vous pouvez modifier ou réinitialiser les bits avec des modes symboliques tels que u+s et g−s, et vous pouvez modifier (mais pas réinitialiser) ces bits avec un mode numérique.

DRAPEAU DE SUPPRESSION RESTREINTE OU BIT STICKY

Le drapeau de suppression restreinte ou le bit sticky est un simple bit dont l’interprétation dépend du système de fichiers. Pour les répertoires, il empêche les utilisateurs non autorisés de supprimer ou renommer un fichier dans le répertoire sauf s’ils sont propriétaires de ce fichier ou du répertoire ; c’est ce qui est appelé le drapeau de suppression restreinte pour le répertoire, et est habituellement trouvé sur les répertoires en écriture ouverte comme /tmp. Pour les fichiers normaux sur des systèmes plus anciens, le bit permet de conserver l’image du programme sur le périphérique d’échange afin qu’il se charge plus rapidement au lancement ; c’est ce qui est appelé le bit sticky.

OPTIONS

Changer le mode de chaque fichier selon le MODE choisi.
−c
, −−changes

utiliser le mode bavard en ne signalant que les modifications

−−no−preserve−root

ne pas traiter « / » de manière spéciale (par défaut)

−−preserve−root

ne pas opérer récursivement sur « / »

−f, −−silent, −−quiet

supprimer la plupart des messages d’erreur

−v, −−verbose

afficher un diagnostic pour chaque fichier traité

−−reference=FICHIER−R

utiliser le mode FICHIER−R au lieu des valeurs MODE

−R, −−recursive

modifier récursivement les fichiers et les répertoires

−−help

afficher l’aide−mémoire et quitter

−−version

afficher le nom et la version du logiciel et quitter

Chaque MODE est de la forme « [ugoa]*([−+=]([rwxXst]*|[ugo]))+ ».

AUTEUR

Écrit par David MacKenzie et Jim Meyering.

SIGNALER DES BOGUES

Signaler toute anomalie de chmod à bug−coreutils [AT] gnu.org
Page d’accueil de GNU coreutils : <http://www.gnu.org/software/coreutils/>;
Aide générale sur l’utilisation des logiciels GNU : <http://www.gnu.org/gethelp/>;
Signaler toute erreur de traduction de chmod à <http://translationproject.org/team/>;

COPYRIGHT

Copyright © 2009 Free Software Foundation, Inc. Licence GPLv3+ : GNU GPL version 3 ou supérieures <http://gnu.org/licenses/gpl.html>;
Ce programme est un logiciel libre. Vous pouvez le modifier et le redistribuer. Il n’y a AUCUNE GARANTIE dans la mesure autorisée par la loi.

VOIR AUSSI

chmod(2)

La documentation complète pour chmod est disponible dans un manuel Texinfo. Si les programmes info et chmod sont correctement installés sur votre système, la commande

info coreutils 'chmod invocation'

devrait vous donner accès au manuel complet (en anglais).

TRADUCTION

Cette page de manuel a été traduite par Michel Robitaille <robitail AT iro DOT umontreal DOT ca> et mise à jour pour Debian par Sylvain Archenault <sylvain DOT archenault AT laposte DOT net> et les membres de la liste <debian−l10n−french AT lists DOT debian DOT org>. Veuillez signaler toute erreur de traduction par un rapport de bogue sur le paquet manpages−fr−extra.

COMMENTS

blog comments powered by Disqus